Omicron : le nouveau variant rebat les cartes des règles de l'isolement pour les "cas contact"

Omicron : le nouveau variant rebat les cartes des règles de l'isolement pour les "cas contact"
Les règles de l'isolement changent en France après la découverte du variant Omicron

publié le samedi 27 novembre 2021 à 20h00

Le monde est secoué par le nouveau variant du coronavirus découvert par des chercheurs sud-africains et baptisé Omicron, que l'Organisation mondiale de la santé a classé vendredi comme "préoccupant". Ce variant présenterait un nombre de mutations inhabituellement élevé et serait très transmissible.

Ainsi, cette découverte, qui a notamment entraîné l'annulation de nombreux vols internationaux, rebat les cartes des règles à suivre en cas de contamination

Samedi, le ministère de la Santé a en effet indiqué que toute personne "contact" d'une autre, testée positive au variant Omicron, devra être isolée même si elle est vaccinée.

"Toute personne contact à risque d'un cas possible ou d'un cas confirmé du variant B1.1.529, indépendamment de son statut vaccinal, doit être considérée comme +contact à risque élevé+ et doit ainsi être placée en quarantaine", selon le texte envoyé aux établissements et professionnels de santé et dont l'AFP a obtenu copie. Pour l'heure, aucun cas confirmé de ce variant n'a encore été annoncé.


L'inquiétude grandit en Europe
Jusqu'à présent, si une personne est cas contact d'une personne infectée au coronavirus, elle ne doit s'isoler sept jours que si elle n'est pas vaccinée ou que son schéma vaccinal est incomplet et/ou qu'elle est immunodéprimée, selon l'Assurance Maladie.

L'inquiétude croissait samedi en Europe face à ce nouveau variant du coronavirus, avec l'annonce vendredi d'un cas confirmé en Belgique, suivi de deux cas rendus publics samedi au Royaume-Uni, deux en Allemagne et un en Italie

Aux Pays-Bas 61 passagers arrivés vendredi à bord de deux vols en provenance d'Afrique du Sud ont été testés positifs au Covid-19.
                
En France, le nombre de tests de dépistage du Covid-19 a bondi de 40% la semaine dernière, à près de 3 millions, cette hausse étant "particulièrement marquée" chez les enfants et les adolescents, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé.

Une nouvelle vague de tests a commencé : un peu plus de 2,9 millions ont été réalisés la semaine du 15 novembre, indique la Drees dans un communiqué, soit 815.000 de plus que celle du 8 novembre - qui comptait un jour férié, tout comme celle du 1er novembre où un point bas a été atteint à 1,8 million. La reprise est spectaculaire chez les moins de 16 ans, dont le nombre de tests a doublé la semaine dernière, à plus de 730.000 - dont un peu moins de 240.000 de PCR salivaires effectués essentiellement en milieu scolaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.