Oise : une eau contaminée déclarée potable par dérogation

Oise : une eau contaminée déclarée potable par dérogation
Un verre d'eau (illustration)

, publié le jeudi 13 octobre 2016 à 18h17

Dans les grandes terres agricoles de l'Oise, certains pesticides ont laissé des traces durables. Malgré son interdiction en 2001, la déséthyaztrazine continue de polluer le sol du nord-ouest du département.

Les analyses sanitaires ont révélé des taux trop élevés de molécule d'atrazine présente dans l'eau distribuée dans onze communes et hameaux. Pour remédier au problème, une nouvelle unité de traitement va être mise en service sur le village de Saint-Deniscourt, en mars prochain. D'ici là, la contamination devrait durer encore 5 mois. Pas d'inquiétude toutefois pour les habitants de Songeons, Morvillers, Loueuse, La-Chapelle-sous-Gerberoy ou encore Grémévillers. Dans ces localités, l'eau a été déclarée potable... par dérogation, révèle Le Parisien ce jeudi 13 octobre.


Le syndicat intercommunal d'adduction d'eau de l'agglomération du Beauvaisis (SIAEAB) a obtenu un délai de trois ans auprès de l'agence régionale de santé (ARS). L'autorité sanitaire a permis la distribution de l'eau contaminée, à la condition d'agir pour améliorer et régler la situation.

"EAU DÉCONSEILLÉE AUX FEMMES ENCEINTES"

"Ce sera fait" assure t-on du côté du SIAEAB. Son président, Jean-Luc Bracquart, affirme que "le permis de construire de la nouvelle unité de traitement a été déposé cet été et le bâtiment devrait être livré mi-novembre". Les travaux devraient permettre d'améliorer la qualité de l'eau, qui présente des taux d'atrazine dépassant le seuil autorisé, de l'ordre de 28% au-dessus du taux réglementaire. Le taux a été jugé suffisamment "léger" par les autorités pour ne pas devoir adresser de recommandation à la population, au grand désarroi des écologistes, qui expliquent que l'atrazine est un perturbateur endocrinien.

Évoquant des traces "infimes", le syndicat explique pour défendre sa position que "cette eau n'a pas été déclarée impropre à la consommation. Elle est juste déconseillée aux nourrissons, aux femmes enceintes et à celles en âge de procréer".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.