Oise : un maire dirige sa ville depuis... Nouméa

Oise : un maire dirige sa ville depuis... Nouméa ©Capture Nouméa Google StreetView

publié le jeudi 29 avril 2021 à 16h45

Comme le rapporte franceinfo, Philippe Desirest, le maire de Guignecourt, dans l'Oise, séjourne depuis quatre mois en Nouvelle-Calédonie où il s'occupe des affaires de sa commune.

A l'heure où le gouvernement encourage le recours au télétravail, certains n'hésitent pas à s'installer dans de petits paradis terrestres. Comme le rapporte franceinfo ce jeudi 29 avril, Philippe Desirest, le maire de Guignecourt, dans l'Oise, séjourne ainsi depuis quatre mois en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa, où sa compagne a été mutée en tant que magistrate.

Mais cet "exil" sous le soleil suscite une vive polémique auprès de ses administrés qui ont du mal à accepter que leur maire continue d'exercer ses fonctions à près de 18 000 km de sa collectivité. "Disons que j'avais mérité ma retraite maintenant, et que j'allais me prendre deux mois de vacances. J'avais passé le message aux habitants de ma commune, qui soit dit en passant, est une commune de 387 habitants, ce n'est pas non plus une commune extraordinaire", explique-t-il à franceinfo.



L'élu de Guignecourt assure par ailleurs être en contact régulier avec son conseil municipal tout en soulignant que la distance ne constitue en aucun cas une difficulté dans l'exercice de ses fonctions. "Je travaille beaucoup en visio-conférence, j'ai même fait une réunion de conseil municipal pour approuver le budget. D'autre part, je suis en relation quotidienne avec ma première adjointe qui gère le quotidien de la commune et ma secrétaire de mairie", insiste le premier administré. Retenu en Nouvelle-Calédonie pour raisons familiales, Philippe Desirest n'a toutefois pas l'intention de démissionner de son poste. "Ça se passe très très bien comme ça, j'ai des contacts réguliers avec mes conseillers. Je n'ai aucune obligation de quitter mon poste", lance-t-il toujours au micro de franceinfo.

Et les Guignecourtois sont prévenus. Si leur maire devrait bien retrouver temporairement l'Hexagone, au mois de juin, ce dernier a l'intention de poursuivre cette vie entre la Nouvelle-Calédonie et la Métropole pendant au moins trois ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.