Oise : la décision polémique d'un maire pour "nettoyer les rues" de sa commune

Oise : la décision polémique d'un maire pour "nettoyer les rues" de sa commune©Google Street View

6Medias, publié le vendredi 12 mai 2017 à 17h30

"Mon but est de nettoyer les rues de ma ville des ivrognes". Les mots sont forts et assumés par Arnaud Dumontier, maire Les Républicains (LR) de Pont-Sainte-Maxence dans l'Oise.

L'édile de cette commune de 13 000 habitants a décidé de se montrer intraitable vis-à-vis des "personnes qui s'alcoolisent dans le centre-ville" en leur retirant le RSA, rapporte Le Parisien.

Depuis un moment, une demi-douzaine de personnes, âgées de 30 à 40 ans, sont dans le viseur de l'élu LR. Arnaud Dumontier a d'ailleurs signalé l'un de ces individus au département chargé de verser le RSA. L'intéressé vient de voir son allocution suspendue de 80% pendant trois mois. Si le fait de consommer de l'alcool n'est pas un motif de sanction, "le non-respect des obligations en matière d'insertion" en est un pour l'élu. "Toucher l'aide de l'État pour picoler, c'est intolérable", justifie Arnaud Dumontier accusant l'individu "d'attendre chaque début de mois le RSA pour l'engloutir sous forme d'alcool sur la voie publique".

"Ce n'est pas au maire de dire comment cette personne doit agir et gérer son argent. Il n'est ni son tuteur ni son curateur", a estimé Bruno Carpentier, secrétaire général du Secours populaire dans l'Oise, dans les colonnes du Parisien. "Cette décision risque d'avoir un effet boule de neige (...). Des maires d'autres villes pourraient être tentés de la réutiliser. Il est pourtant dangereux de prendre une décision comme celle-là. L'alcoolisme est une maladie. Une cure de désintoxication ne suffit souvent pas", poursuit-il.

Arnaud Dumontier, lui, assure que des habitants sont venus lui dire qu'ils "en ont marre de payer des impôts pour ces indésirables ivrognes". 49 mains courantes auraient été déposées à la suite de perturbations occasionnées par l'homme incriminé. Un deuxième cas devrait être examiné en juin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.