Oise : Brigitte Bardot accuse la préfecture de "massacre" après un arrêté prévoyant l'abattage de 3.000 renards

Oise : Brigitte Bardot accuse la préfecture de "massacre" après un arrêté prévoyant l'abattage de 3.000 renards©Panoramic (photo d'illustration)

publié le mercredi 18 août 2021 à 20h28

Brigitte Bardot, historique défenseure de la cause animale, a publié une lettre ouverte, mercredi 18 août, dénonçant un arrêté de la préfecture de l'Oise, prévoyant l'abattage de 3.000 renards, relate Le Parisien.

Brigitte Bardot n'en est pas à son coup d'essai lorsqu'il s'agit de défendre la cause animale. Mercredi 18 août, s'est ouvert un nouveau bras de fer entre "BB" et la préfecture de l'Oise, détaille Le Parisien.

Alors qu'un arrêté prévoit l'abattage de 3.000 renards d'ici mars 2022, l'ancienne actrice est vent debout contre le texte. Sur Twitter, dans une lettre ouverte adressée à la préfète, Corinne Orzechowski, elle a fait part de sa vive désapprobation. "Je suis scandalisée par votre arrêté condamnant à mort 3.000 renards. Ces animaux sont une richesse pour la biodiversité et de précieux alliés pour les agriculteurs [...]. Nous n'avons pas droit de vie et de mort sur les autres espèces, cet arrêté est une honte. Alors que nous ne pouvons que constater la perte dramatique de la biodiversité, comment pouvez-vous encourager un tel massacre ?", peut-on lire.



"Une espèce nuisible et destructrice, c'est la nôtre !"

En juillet dernier, déjà, une précédente version de l'arrêté préfectoral avait provoqué l'ire des associations écologistes. Ce premier texte autorisait l'abattage de 1.370 bêtes par des chasseurs bénévoles. Il a ensuite été annulé à la suite de la mobilisation des militants qui ont dénoncé son caractère illégal. Avant donc qu'une nouvelle mouture n'envisage cette fois-ci l'abattage de 3.000 renards d'ici à mars 2022. Un rebondissement qui a remis le feu aux poudres. "La Terre ne connaît qu'une espèce nuisible et destructrice, c'est la nôtre ! Le renard doit être protégé et non exterminé, car il assure un équilibre naturel, rendu fragile par la prédation incontrôlée et irresponsable des chasseurs, a notamment écrit Brigitte Bardot dans la lettre ouverte. J'ose croire que vous ne céderez pas à la pression des chasseurs et que vous déchirerez votre arrêté imbécile."

Sur Twitter, le texte était accompagné d'une photo d'un renard avec écrit : "Non à l'abattage de 3.000 renards dans l'Oise". En outre, la Fondation Brigitte Bardot n'exclut pas d'intenter une action en justice. "Ce nouvel arrêté a été vécu comme une provocation chez les défenseurs des animaux. C'est en cours, on est en train de regarder sous quel angle on peut attaquer ce texte", détaille un porte-parole de l'organisation au Parisien. Une pétition recueille également près de 45.000 signataires.

Pour les autorités, qui mettent en cause des conditions sanitaires, le renard peut être nuisible pour l'homme. Selon France 3 Régions, qui évoque la consultation lancée par la préfecture, les renards peuvent notamment transmettre certaines maladies, à savoir l'échinococcose alvéolaire, ainsi que la leptospirose et la gale. Les associations de défense des animaux rétorquent, quant à elles, que les cas de malades sont rares, et que des traitements existent le cas échéant.

Directement visés, les chasseurs se défendent de massacrer les renards, et évoquent une régulation nécessaire face à une surpopulation de ces derniers. "C'est à partir d'un certain nombre qu'il pose problème. Le renard n'a pas de prédateur et prolifère vite. Tout est une question d'équilibre. Notre intérêt n'est pas de l'éradiquer, mais de le réguler. Il est très utile dans la nature, car il mange les animaux malades et les charognes", a détaillé Guy Harlé d'Ophove, vice-président de la région Hauts-de-France, au Parisien, le 10 août dernier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.