Obligation vaccinale : "Nous ne stigmatisons personne, nous responsabilisons tout le monde", lance Gabriel Attal

Obligation vaccinale : "Nous ne stigmatisons personne, nous responsabilisons tout le monde", lance Gabriel Attal
Gabriel Attal, à Paris, le 9 décembre 2020, à Paris

publié le mercredi 15 septembre 2021 à 14h00

Le porte-parole du gouvernement a salué "l'esprit de responsabilité" des soignants, dont 90% sont désormais vaccinés contre le Covid-19.

L'obligation vaccinale des soignants est entrée en vigueur ce mercredi 15 septembre, avec encore une part de récalcitrants qui s'exposent désormais à des suspensions. "Cette mesure vise à protéger notre hôpital, nos soignants, les patients fragiles.

A ce jour, l'immense majorité des soignants a fait le choix de la responsabilité et de la protection collective. Depuis l'allocution du PR, nous avons laissé deux mois aux plus hésitants pour se faire vacciner. L'incitation a porté ses fruits puisque nous sommes passés de 64% de soignants vaccinés début juillet à plus de 9 sur 10 aujourd'hui", a salué Gabriel Attal, lors du traditionnel point de presse de sortie du Conseil des ministres, mercredi 15 septembre.

"Ils ont été exemplaires depuis le début de cette crise, et sont exemplaires aujord'hui par leur esprit de responsabilité et leur volonté de protéger les autres", a t-il ajouté.

Quant à l'obligation vaccinale, "la règle va s'appliquer. Dès aujourd'hui, les soignants qui n'ont reçu aucune dose de vaccin pourront être suspendus par leur direction", a t-il mis en garde, précisant qu'une période de "tolérance" allant jusqu'au 15 octobre serait accordée pour les soignants n'ayant pour l'heure reçu qu'une dose, le temps de compléter leur schéma vaccinal. "Nous ne stigmatisons personne, nous responsabilisons tout le monde". "Personne n'est plus exposé qu'un personnel soignant", a t-il encore ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.