Nuit debout à Paris : nouveaux incidents à la fin du rassemblement

Nuit debout à Paris : nouveaux incidents à la fin du rassemblement
Des casseurs ont allumé un incendie à l'entrée du métro République ce dimanche 1er mai. Les grilles de la station avaient été auparavant abaissées.

, publié le lundi 02 mai 2016 à 09h39

L'habituel rassemblement du mouvement "Nuit debout" sur la place de la République à Paris a été interrompu dimanche soir après des incidents impliquant de jeunes "casseurs".

Les émeutiers ont commencé, dimanche vers 22h, à lancer des projectiles sur les CRS, qui ont riposté en tirant des gaz lacrymogènes pour les disperser. Les manifestants ont mis le feu à des cagettes et des poubelles au centre de la place, notamment à l'entrée de la station de métro République, dont les grilles avaient été baissées, a constaté une journaliste de l'AFP présente sur les lieux.

Selon la police, la vitrine d'un magasin de sport a été brisée et plusieurs plaques d'égouts déplacées.


"Compte tenu des incidents, le préfet de police a demandé vers 22h30 à 'Nuit debout' de procéder à la dispersion du rassemblement". Vers 23h, 600 personnes se trouvaient encore sur la place. Les forces de l'ordre l'ont fait évacuer "après les sommations d'usage". Selon plusieurs journalistes et des témoins, les CRS ont alors adopté la tactique de la nasse en formant une ligne compacte avançant progressivement pour acculer les militants au nord de la place. Ils ont ensuite été repoussés jusqu'à la station Jacques Bonsergent, boulevard de Magenta. Puis les policiers ont une nouvelle fois fait usage de gaz lacrymogène et ont demandé aux manifestants de se disperser via le métro.



Le calme est revenu sur la place de la République après minuit. La préfecture a "condamné très fermement ces violences répétées qui sont le fait d'individus s'abritant derrière un grand nombre de participants à la manifestation 'Nuit Debout'". Deux personnes ont été interpellées pour "outrage et rébellion".


Certains participants à Nuit debout, mouvement lancé il y a tout juste un mois dans le sillage de la contestation du projet de réforme de la loi travail, avaient déjà quitté la place, démontant à la hâte les tentes et la sono installées en début de soirée. Ils ont formé une chaîne humaine face aux CRS à l'entrée de la rue du Faubourg du Temple, pendant que les forces de l'ordre continuaient d'essuyer d'épisodiques jets de projectiles.


Trois heures auparavant, les derniers participants au traditionnel défilé du 1er mai avaient quitté dans un nuage de gaz lacrymogène la place de la Nation, destination finale de la manifestation partie de Bastille. Selon la police, 18 personnes avaient été interpellées. Deux personnes - un policier et une manifestante - ont été blessées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.