Nouvelles mesures dans les Pyrénées-Atlantiques face à la propagation du Covid-19

Nouvelles mesures dans les Pyrénées-Atlantiques face à la propagation du Covid-19
Le Centre hospitalier de la Côte Basque à Bayonne, en mars 2020.

, publié le mardi 20 octobre 2020 à 14h45

"La situation sanitaire est mauvaise, mais la situation dans les établissements hospitaliers est encore maîtrisée", a indiqué le préfet du département, soulignant néanmoins qu'il ne fallait "plus attendre avant de prendre de nouvelles mesures". 

Fermeture des bars à 22 heures, interdictions des fêtes locales et des sorties scolaires... Face à une dégradation rapide des indices sanitaires ces derniers jours et à une circulation du Covid-19 "élevée voire très élevée", le département des Pyrénées-Atlantiques a annoncé ce mardi de nouvelles mesures. "On ne peut plus attendre avant de prendre de nouvelles mesures", a déclaré en audioconférence le préfet du département Eric Spitz. 



Ainsi, dès jeudi 22 octobre et pour une durée de 15 jours, les bars devront fermer à 22 heures et tenir des "cahiers d'appel" avec les coordonnées de leurs clients, il sera interdit de consommer de l'alcool sur la voie publique entre 22 heures et 5 heures et la vente d'alcool à emporter sera interdite après 22 heures.

En outre, les fêtes locales, soirées estudiantines, sorties scolaires ou péri-scolaires seront prohibées. Les vestiaires seront également interdits dans les équipements sportifs, saufs pour usage professionnel ou scolaire. 

Le préfet a expliqué ne pas souhaiter pour l'heure de mesures plus radicales, comme l'abaissement de la jauge de 5.000 à 1.000 dans les stades, qui n'ont pas vu éclore de clusters, a-t-il rappelé, et vouloir "préserver une vie économique, sociale, culturelle, aussi normale que possible". Mais il n'a pas exclu des mesures plus strictes à très brève échéance, si le taux d'incidence dépassait 250.

"La philosophie de ces mesures est de donner un tour de vis suffisant pour que les citoyens prennent conscience des mesures (...) surtout dans la sphère privée, et le respect des gestes barrière", a-t-il indiqué. "La situation sanitaire est mauvaise, mais la situation dans les établissements hospitaliers est encore maîtrisée", a tempéré Eric Spitz, avec 31 personnes hospitalisées pour Covid-19 dans le département, dont neuf en réanimation. 

Les Pyrénées-Atlantiques ont vu en moins d'une semaine le taux d'incidence passer de 125 à 208 pour 100.000 habitants mardi, soit le taux départemental le plus élevé de Nouvelle-Aquitaine, a annoncé l'Agence régionale de santé. Le taux d'incidence est par ailleurs inquiétant chez les plus de 65 ans, avec 68,5 cas pour 100.000 habitants. L'ARS a également souligné que le département "est l'un de ceux qui testent le plus", avec 2.436 personnes testées sur sept jours, contre une moyenne de 2.300 à l'échelle nationale, 1.680 à l'échelle de la région.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.