France

Nouvelle-Calédonie : la tension est de retour sur l’archipel après le transfert d’indépendantistes vers la métropole

Quelques débordements ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche en Nouvelle-Calédonie après l’annonce du transfert de plusieurs figures indépendantistes vers la métropole. Des barrages ont été érigés et des incendies ont été signalés.

Le retour au calme aura été de courte durée. Des tensions ont de nouveau éclaté ce dimanche 23 juin à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, en réaction à l’incarcération en métropole de sept militants de la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT), rapporte la chaîne Nouvelle-Calédonie La 1ère.

Une école primaire a été visée par des incendiaires, ce qui a entraîné le report de la rentrée scolaire. Plusieurs barrages empêchent également la circulation dans le sud de la Grande Terre.

Une décision inattendue

La décision du transfert en métropole de certains militants a été prise "en raison de la sensibilité de la procédure et afin de permettre la poursuite des investigations de manière sereine, hors de toute pression ou concertation frauduleuse" explique le procureur de la République de Nouméa, Yves Dupas.

De son côté, la Commission politique et citoyenneté du FLNKS, proche de la CCAT, déplore que "L’ensemble de nos prisonniers politiques est déporté. Deux attendent encore mardi et sont incarcérés. Tout était décidé à l’avance avec l’avion les attendant, c’est une parodie de justice".

Les sept militants transférés en métropole pour y être incarcérés font partie d’un groupe de onze interpellés et mis en examen notamment pour complicité de tentative de meurtre, vol en bande organisée avec arme, destruction en bande organisée du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes, participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime.

Les émeutes de mai dernier ont coûté la vie à neuf personnes dont deux gendarmes.

publié le 23 juin à 19h40, Thibault Jeannin, 6médias

Liens commerciaux