Nouveaux tarifs chez le médecin : ce qui va changer à partir du 1er novembre

Nouveaux tarifs chez le médecin : ce qui va changer à partir du 1er novembre

Les tarifs des consultations complexes (46 euros) et très complexes (60 euros) vont être appliqués à de nouvelles pathologies le 1er novembre (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 14 septembre 2017 à 12h40

ÉCLAIRAGE. Asthme, obésité de l'enfant, annonces de cancer, longue visite chez un patient atteint d'Alzheimer...

Les tarifs des consultations pour ces pathologies lourdes vont bientôt être revalorisés.

À partir du 1er novembre, les tarifs des consultations dites complexes (46 euros) et très complexes (60 euros) seront appliqués à de nouvelles pathologies. Ces suivis, jusqu'alors pratiqués par des spécialistes, pourront, dans certains cas, être réalisés par le médecin généraliste, en vertu d'une décision de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) parue au Journal officiel le 12 septembre.




► DE NOUVELLES CONSULTATIONS COMPLEXES (46 euros)

• Enfants obèses de 3 à 12 ans

Entre dans la liste des consultations complexes la prise en charge, par le médecin traitant, des enfants de 3 à 12 ans en risque avéré d'obésité, explique Le Quotidien du médecin. Ce suivi "ne peut être utilisé plus de deux fois par an et par enfant".

• Nourrissons de moins de 28 jours

Le tarif "consultation de sortie maternité" pourra être appliqué aux consultations complexes du nouveau-né nécessitant un suivi spécifique par le pédiatre, entre la sortie de la maternité et le 28e jour suivant la naissance, indique le Journal officiel.

• Première consultation de contraception pour les jeunes filles de 15 à 18 ans

La "première consultation de contraception et de prévention des maladies sexuellement transmissibles", chez un médecin généraliste, un gynécologue, un gynécologue-obstétricien ou un pédiatre, sera désormais facturée 46 euros. "Cette consultation à fort enjeu de santé publique est réservée aux jeunes filles de 15 à 18 ans", précise le Journal officiel. "Elle ne peut être facturée qu'une seule fois par patiente."

• Majoration de 16 euros

Une quinzaine de consultations complexes seront par ailleurs majorées de 16 euros à partir du 1er novembre (62 euros au total), par exemple celles pour asthme ou scoliose de l'enfant. La liste complète :

> "Prise en charge d'un couple dans le cadre de la stérilité, première consultation de prise en charge d'un trouble grave du comportement alimentaire, tuberculose, scoliose de l'enfant, première consultation pour une thrombophilie grave, mycose ou fibrose pulmonaire, asthme, polyarthrite rhumatoïde, épisode aigu ou complication de sclérose en plaques, Parkinson, épilepsie instable, cérébro-lésés, séquelles lourdes d'accident vasculaire cérébral, suivi de prématurés, pathologie oculaire grave, pathologie endocrinienne de la grossesse", détaille Le Quotidien du médecin.

► LES CONSULTATIONS TRÈS COMPLEXES (60 euros)

De nouveaux types de rendez-vous se verront appliquer le tarif de 60 euros à partir du 1er novembre.

• Pathologies graves de l'enfant

"La consultation d'un enfant avec une pathologie chronique grave ou un handicap neurosensoriel sévère (EPH) ou celle pour le suivi de l'enfant de moins de 7 ans né grand prématuré ou atteint d'une pathologie congénitale grave (CGP) pourront être réalisées par le pédiatre", selon Le Quotidien du médecin.

• Greffe rénale, annonce de cancer, malformation foetale

"Les majorations pour consultations très complexes concerneront les néphrologues pour les malades rénaux chroniques (stade 4 ou 5) en vue d'une greffe rénale (IGR), les chirurgiens pédiatriques pour les malformations congénitales graves (CPM), les gynécologues médicaux et obstétriciens pour maladie grave du fœtus (MMM), les rhumatologues, médecins internistes ou gastroentérologues pour la biothérapie (MPB) les dermatologues, rhumatologues ou médecins internes pour les maladies auto-immunes (MAV), l'ensemble des médecins pour l'information d'un cancer ou d'une pathologie neuro-dégénérative (MIS) ou l'immunodéficience (PIV)", liste le journal professionnel.



► LE CAS DES MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

Les visites longues chez les patients sont revalorisées, passant de 56 à 70 euros. Ce tarif spécifique s'applique à la visite très complexe au domicile des patients souffrant d'une pathologie neurodégénérative (notamment la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaque ou les pathologies neurodégénératives de l'enfant). Cette visite est "réalisée par le médecin traitant (...) si possible en présence des aidants habituels", précise le Journal officiel. Cette visite "peut être facturée jusqu'à trois fois par an et par patient".
 
314 commentaires - Nouveaux tarifs chez le médecin : ce qui va changer à partir du 1er novembre
  • une consultation chez le médecin généraliste reste et restera consultative,donc pourquoi payer plus,si c'est pour nous diriger vers un spécialiste,à moins que le généraliste le revoit plus souvent avant de l'envoyer chez le spécialiste,d'ou une économie pour la sécu,le generaliste et les pompes funêbres
    à bon entendeur salut!

  • "La première consultation de contraception et de prévention des maladies sexuellement transmissibles...sera désormais facturée 46 euros. Cette consultation à fort enjeu de santé publique est réservée aux jeunes filles de 15 à 18 ans " ...
    Consultation à fort enjeu de santé publique et facturée désormais 46 euros
    Ou comment se tirer une balle dans le pied ... on prétend se soucier de l'accès aux moyens de contraceptions et de préventions auprès du public jeune et on nous annonce "benoîtement" que pour bénéficier de "cette (désormais) onéreuse attention" il leur faudra débourser 46 euros (ou leurs parents)... Chercher l'erreur !
    Voilà ce que l'on peut toujours lire en parcourant le serment d'Hippocrate :
    "Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire."
    Folklorique !

  • Surtout que 2 minutes de consultation à 25€ cela fait beaucoup de patients à l'heure, en moyen 30, donc faîte le calcul et après ils viendront se plaindre auprès du GOUV, la honte !!!

  • Cela devient abusif : entre 25 euros et 46 et 60 euros, la différence est disproportionnée.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]