"Nous aussi on veut un logement" : le DAL manifeste devant le futur logement de Benalla

"Nous aussi on veut un logement" : le DAL manifeste devant le futur logement de Benalla
L'immeuble du quai Branly où devait emménager Alexandre Benalla à la rentrée, le 21 juillet 2018.

, publié le mercredi 15 août 2018 à 13h11

Alexandre Benalla devait emménager à la rentrée dans un immeuble du quai Branly, dans le VIIe arrondissement de Paris.

C'était une manière d'attirer l'attention de la presse, mais aussi de faire un pied de nez à Emmanuel Macron. Les militants du Droit au logement (DAL) ont manifesté devant l'immeuble dans lequel se trouve ce qui devait être le logement de fonction d'Alexandre Benalla, rapporte Le Parisien mardi 14 août.



"Nous aussi on veut un logement", ont scandé les manifestants, après s'être installés pour un pique-nique sur le terre-plein du quai Branly.

Si "au début, les policiers ne voulait pas qu'on reste ici", les CRS qui sécurisaient l'immeuble avaient l'air détendu, "sourire en coin", indique Le Parisien.



L'immeuble du quai Branly, dans le VIIe arrondissement de Paris, est classé monument historique et est propriété de l'État. Il comporte 60 logements destinés à de hauts fonctionnaires. Henri Guaino et Claude Guéant y ont habité, mais également la maîtresse de François Mitterrand, Anne Pingeot, et leur fille Mazarine.

L'ex-garde du corps d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, devait y emménager à la rentrée. Son logement était en en cours de rénovation, pour un coût de 180.000 euros, selon une information de l'Express, démentie par l'Élysée.



En fin d'après-midi, les militants du DAL ont quitté les lieux. "On a obtenu ce qu'on voulait, a indiqué au Parisien une militante. Nous avons rendez-vous jeudi avec le directeur de cabinet du préfet et avec le ministère du logement." Ils réclament le relogement de 300 familles, dont beaucoup sont hébergées en hôtel social, à la charge de l'État.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.