Notre-Dame-des-Landes : les zadistes dans le viseur

Notre-Dame-des-Landes : les zadistes dans le viseur
Une réunion de militants à la ferme de la Vache rit, le 26 juin

Orange avec AFP, publié le lundi 27 juin 2016 à 11h13

- Au lendemain de la consultation menée en Loire-Atlantique qui a vu la victoire du "oui" au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, les centaines de personnes occupant les terrains de la "Zone à Défendre" sont désormais dans le viseur des autorités. Manuel Valls estime ce lundi 27 juin que ces "occupants illégaux" devront partir à l'automne, les "zadistes", eux, n'entendent pas quitter les lieux-

L'issue du référendum organisé en Loire-Atlantique dimanche 26 juin ouvre un peu plus la porte au projet controversé d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

L'entourage de François Hollande a déclaré que "son résultat sera respecté" afin de faire avancer un dossier qui empoisonne depuis le début de son quinquennat les relations entre socialistes et la frange verte de la gauche. Côté écologiste, les élus font grise-mine. "Je suis déçu sur le fond mais je reconnais ce résultat" a admis le député de Loire-Atlantique François de Rugy, qui s'interroge cependant sur la question de la légalité du referendum. "Ce sont les tribunaux qui trancheront" dit-il.

Pour Cécile Duflot, "c'est une bataille perdue pour l'écologie". "Est-ce que c'est un projet bon pour l'écologie et bon pour le développement local ? Je pense que non. Et je pense que non sur des éléments fondés" a déploré la députée Europe Ecologie Les Verts. Le secrétaire national du parti David Cormand évoque lui une "défaite" "difficile à encaisser". "On va continuer à s'opposer à ce projet parce qu'il est contraire à l'intérêt collectif. Et l'intérêt collectif il dépasse les frontières de la Loire-Atlantique" a t-il cependant promis.

FESTIVITÉS, CHAMP DE COURGES ET MUR D'ESCALADE

Pour les opposants au projet, pas question en effet de se plier au résultat du scrutin. "Le cadre, le processus et le contenu de cette consultation étaient fondamentalement biaisés (...) Cette lutte se poursuit dès ce soir", ont lancé les représentants de la coordination des opposants, dans une déclaration lue à plusieurs voix dans une ambiance combative. "Les attaques du gouvernement et des pro-aéroport vont s'intensifier", ont-ils ajouté avant d'appeler "tous les soutiens partout en France à se mobiliser et redoubler de vigilance dans les semaines à venir". Après l'annonce des résultats, les discussions se portaient même sur la suite des chantiers pour garantir la pérennité de la ZAD, comme le rapporte Le Monde. Au programme : pailler un champ de courges, équiper une nouvelle serre de portes, et finir la construction d'un mur d'escalade, en attendant les Journées d'été de la ZAD, prévues le week-end du 9 et 10 juillet.


Face à ces "temps-forts" de mobilisation, la période estivale est contournée par Manuel Valls, qui a déclaré que "les personnes qui occupent illégalement le site du nouvel aéroport devront partir d'ici le début des travaux", à l'automne prochain. Le président du conseil régional des Pays de la Loire Bruno Retailleau avait lui appelé à la fin de ce qu'il qualifie de "zone de non-droit".

"Ce problème a duré beaucoup trop longtemps", a pour sa part affirmé Ségolène Royal sur RTL. La ministre de l'Environnement a dénoncé "trop de tensions, trop de violence, trop d'obstination de part et d'autre". "Il y a eu une consultation démocratique, maintenant la procédure doit se poursuivre" a t-elle encore déclaré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.