Notre-Dame-des-Landes: l'heure du choix a sonné

Chargement en cours
 Un fermier dans la Zad (zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes, le 17 janvier 2018, près de Nantes

Un fermier dans la Zad (zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes, le 17 janvier 2018, près de Nantes

1/5
© AFP, LOIC VENANCE

AFP, publié le mercredi 17 janvier 2018 à 12h36

L'exécutif va annoncer mercredi sa décision d'abandonner - ou non - le projet très controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, tandis que l'opération d'évacuation du site se profile avec l'arrivée de renforts de gendarmes et CRS.

Le choix était à l'ordre du jour du Conseil des ministres qui se tenait mercredi à l'Elysée et Edouard Philippe s'exprimera à la sortie "pour présenter la décision prise par le gouvernement sur l'avenir du projet aéroportuaire du Grand Ouest", a annoncé l'Elysée.

En cas d'abandon, très probable selon plusieurs sources, l'alternative serait de choisir des travaux d'aménagement de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique, comme l'envisageaient des médiateurs dans leur rapport remis le 13 décembre.

A huis clos devant les députés LREM, Edouard Philippe a reconnu qu'après l'ultime consultation d'élus menée par l'exécutif depuis début janvier, il n'était "pas forcément plus facile de se prononcer". "Quelle que soit la réponse, elle sera mauvaise" car elle fera des mécontents, a-t-il admis.

Quelle que soit la décision, l'exécutif prévoit d'évacuer la "Zad" cette vaste "zone d'aménagement différée" de 1.600 hectares, rebaptisée "zone à défendre" par les opposants, actuellement occupée par 150 à 200 personnes qui, selon les autorités, en ont fait un "camp retranché".

La Zad sera "évacuée des éléments les plus radicaux", a prévenu mardi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

L'option la plus probable est celle d'une forme d'ultimatum pour permettre aux volontaires de quitter les lieux, avant une intervention dans quelques jours, selon un proche du dossier.

"Il y a d'abord un encerclement, il y aura sans doute quelques jours de donnés à ces zadistes pour évacuer, et ensuite il y aura un renfort d'escadrons pour l'évacuation", a affirmé le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, un des grands soutiens de l'aéroport.

Le mouvement anti-aéroport s'est donné rendez-vous mercredi à 18H00 à "La Vache Rit", une grange servant de lieu de rassemblement en plein coeur de la Zad.

"On a eu tellement de mauvaises surprises dans ce combat que je ne suis pas encore à sauter au plafond", a confié à l'AFP Julien Durand, porte-parole de l'association anti-aéroport Acipa. En cas de décision d'abandon, il appelle le gouvernement à leur "laisser du temps pour aménager la sortie".

Qu'ils soient pour ou contre l'aéroport, la quasi-totalité des élus locaux défendent l'évacuation, cinq ans après le fiasco d'une première tentative en octobre 2012, l'opération César. 

- Atermoiements -

Même si la priorité affichée par l'exécutif est d'éviter un drame comme celui du militant écologiste Rémi Fraisse tué en 2014 lors d'affrontements avec les forces de l'ordre sur le site d'un projet de barrage controversé à Sivens (Tarn).

Des renforts de sept escadrons de gendarmerie mobile, soit plus de 500 hommes, sont attendus mercredi sur place, selon une source proche du dossier, avec pour objectif d'encercler la zone et procéder à des contrôles afin d'éviter l'arrivée de civils dans la Zad. Plusieurs compagnies de CRS seront, elles, à Nantes et Rennes afin d'assurer le maintien de l'ordre en cas de manifestations, comme l'a réclamé la maire de Rennes Nathalie Appéré.

Imaginé dans les années 60, relancé en 2000, attribué à Vinci par appel d'offres en 2010, le projet d'aéroport du Grand Ouest a traversé un demi-siècle pour finalement devenir le symbole des atermoiements du quinquennat Hollande.

Malgré la victoire du "oui" (à 55,17%) au référendum consultatif organisé en Loire-Atlantique en juin 2016, l'exécutif socialiste avait renoncé à expulser les zadistes, ces opposants qui occupent illégalement les lieux.

Plutôt favorable à l'aéroport et au respect de cette consultation, Emmanuel Macron avait toutefois proposé durant la campagne présidentielle une médiation pour tenter de sortir de l'impasse. 

Le rapport remis le 13 décembre par les médiateurs est venu changer la donne: tant Notre-Dame-des-Landes que l'extension de l'actuel aéroport nantais de Nantes-Atlantique sont décrits comme des options "raisonnablement envisageables". Une conclusion vivement contestée par les pro-NDDL et qui a remis en selle le second scénario.

"Si jamais on abandonne le projet de Notre-Dame-des-Landes, c'est que les zadistes auront gagné", a averti mercredi le président des Républicains, Laurent Wauquiez. Le FN a lui réclamé l'évacuation des zadistes "par les dreadlocks".

Edouard Philippe doit recevoir les parlementaires de Loire-Atlantique à 14H00 à Matignon, a-t-on appris de source parlementaire, avant de s'exprimer lors des questions au gouvernement.

Un éventuel abandon du projet pose la question de l'indemnisation prévue pour Vinci qui, selon les rapporteurs, pourrait aller jusqu'à 350 millions d'euros.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
517 commentaires - Notre-Dame-des-Landes: l'heure du choix a sonné
  • il fallait cesser ce gachis ,mais il faut nettoyer la ZAD rendre les terres aux agriculteurs . et virer les profiteurs tous ceux qui vivent aux crochets de la société

  • La décision prise par le premier ministre est courageuse
    Ceux à gauche comme à droite critiquent le choix . Oublient qu'ils ont été en responsabilité
    Qu'ont ils fait , en quarante ans ....rien
    Comme d'autres je déçu . Pas par le choix
    Mais parce que l'état de droit à été bafoué
    Le premier ministre devait il prendre le risque de bavure , la réponse est non !
    Maintenant il y a d'autres Notre Dame des Landes
    Que ce faire le gouvernement ?
    Dans tous les cas il n'y a pas de solution satisfaisante

  • 50 ans pour régler un problème mineur...Pas étonnant qu'en 40,on a perdu la guerre en quelques jours....

  • Macron a eu le courage de mettre fin à 50 ans de tergiversation des gouvernants successifs. Ceux qui critiquent cette décisions et qui ont été au pouvoir n'ont qu'à s'en prendre qu'à eux même. Ils ont laissé s'implanter cette ZAD et ils veulent donner des leçons aujourd'hui?

  • un autre paramètre est venu s'ajouter à la décision finale ,c'est le volet sécuritaire car il était indéniable que les zadistes les plus radicaux et violents se seraient heurtés aux forces de l'ordre avec des risques énormes et de plus il aurait fallu déployer ces forces sur cette zone durant le temps des travaux c'est à dire un certain temps !!!qui aurait pris ce risque certes force à la loi mais pas à n'importe quel prix demandez donc aux gendarmes ce qu'ils en pensent soulagement c'est sur !!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]