Notre-Dame de Paris : l'utilisation des dons pointée du doigt

Notre-Dame de Paris : l'utilisation des dons pointée du doigt©Panoramic

, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 10h10

La Cour des comptes n'est pas satisfaite de l'emploi des dons récoltés après l'incendie de la cathédrale parisienne, révèle France Inter mercredi 30 septembre.

Jean-Louis Georgelin se fait taper sur les doigts par la Cour des comptes. C'est cet ancien militaire qui dirige l'établissement public en charge de la conduite des travaux de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris, incendiée le 15 avril 2019.

Et la Cour des comptes a remarqué que les millions d'euros de dons versés pour la reconstruction de l'édifice ne sont pas exclusivement réservés aux travaux, à la restauration et à la formation des métiers du patrimoine utiles au chantier.

D'après France Inter, les fonds récoltés serviraient également à payer les dépenses de fonctionnement de l'établissement chargé de gérer la reconstruction, ce qui n'est pas prévu par loi.



Pierre Moscovici, son président, l'a confirmé mercredi matin à la radio publique : "Le problème est qu'il y a une débudgétisation, c'est-à-dire que normalement, un établissement public de ce type doit être financé sur des fonds publics. Or, là, c'est l'argent des donateurs qui est utilisé. Et ces donateurs envisagent ces dons uniquement pour la restauration de la cathédrale. Non pas pour la valorisation des abords, la communication ou le fonctionnement de cet établissement public".

L'ancien ministre socialiste exige "des clarifications". Pour fonctionner, cet établissement public doit bénéficier d'un financement public via le ministère de la Culture. "C'est à l'État de prendre ses responsabilités et de faire en sorte qu'il y ait un financement public, ce n'est pas ça qui va ruiner l'État", a ajouté Pierre Moscovici, qui demande également une comptabilité plus claire : "La transparence est indispensable car nous voulons un pacte de confiance avec ces donateurs". 

Plus de 825 millions d'euros ont été promis par plus de 300 000 donateurs provenant de 140 pays. Fin 2019, plus de 640 millions d'euros n'avaient toutefois pas encore été versés aux organismes collecteurs. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.