Nord : ces communes enclavées dans le Pas-de-Calais qui ne sont pas confinées

Nord : ces communes enclavées dans le Pas-de-Calais qui ne sont pas confinées  ©Capture d'écran Google Street View

, publié le dimanche 07 mars 2021 à 13h37

Trois villages nordistes sont enclavés dans le Pas-de-Calais. Les habitants de Mœuvres, Boursies et Doignies, épargnés par le confinement du week-end, s'adaptent à cette situation pour le moins inédite.

 

Un kilomètre seulement sépare la ville de Moeuvres, dans le Nord, du Pas-de-Calais. Gare toutefois aux étourdis, car le département voisin est sous cloche depuis vendredi 5 mars, et les déplacements y sont strictement limités. Comme les communes de Boursies et Doignies, Moeuvres est enclavée dans le Pas-de-Calais, une singularité qui remonte à la révolution, rappelle La Voix du Nord. De quoi semer la confusion chez certains habitants. "On est vraiment entourés du Pas-de-Calais et je ne vois pas pourquoi nous, on ne serait pas confinés", confie ainsi une habitante à franceinfo.  



Un vrai casse-tête  

Chez le maire de Moeuvres, Gérard Setan, qui comme son épouse Danielle guérit tout juste du Covid, le déjeuner dominical n'aura pas lieu. "Ma fille habite Bourlon, dans le Pas-de-Calais, confie l'épouse à franceinfo. Je l'avais invitée à manger, mais elle m'a dit 'maman je ne peux pas, je suis confinée'." 

Pour d'autres, ce sont les emplettes qui posent problème. Elles se font traditionnellement côté Pas-de-Calais, dans des communes mieux dotées en commerces. Le maire de Doignies, Pascal Mompach, est un peu dépassé. Selon la Voix du Nord, il redoute que certains administrés, notamment les plus âgés, oublient leur attestation en allant faire leurs courses à Hermies dans le département voisin, où se trouvent "toutes les commodités : médecins, pharmaciens, fleuristes, magasins, coiffeurs..."

 Le hameau de la discorde 

 À Boursies, le casse-tête autour de l'îlot donne encore davantage de fil à retordre. En effet, un hameau de la commune se situe aux deux tiers dans le Nord, et un tiers dans le Pas-de-Calais. "En gros, vous pouvez avoir des jeunes qui vont jouer au ballon d'un côté de la route et de l'autre côté, ils vont applaudir à la fenêtre... C'est encore un truc de l'enclave. Ça fait drôle quand même...", commente le maire, Slimane Rahem.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.