Nord : 70 salariés d'une usine de pommes de terre hospitalisés

Nord : 70 salariés d'une usine de pommes de terre hospitalisés
Des pommes sur une chaîne de production à Noirmoutier, le 3 mai 2017 (photo d'illustration).
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 02 août 2017 à 19h17

Maux de tête, fièvres, courbatures, gènes respiratoires... Voici les symptômes que présentent les salariés de cette usine de pommes de terre belge, hospitalisés dans plusieurs hôpitaux français du Nord, Armentières, Valenciennes, Tourcoing et Hazebrouck.

En tout, selon le l'Agence régionale de santé (ARS), ce sont 70 employés de l'usine de transformation de pommes de terre Clarebout potatoes à Neuve-Église en Belgique qui sont atteints par la mystérieuse infection. Le chiffre pourrait être bien plus élevé puisque, selon les informations de la Voix du Nord mercredi 2 août, d'autres salariés auraient été hospitalisés à Ypres, côté belge. Mais, contacté par le quotidien du Nord, l'agence de santé belge s'est refusée à tout commentaire.



De quoi souffrent ces salariés, travaillant tous sur l'une des deux lignes de production du site de Neuve-Église ? Tous ont tous décrit les mêmes symptômes. S'ils ont pu sortir rapidement de l'hôpital, certains ont tout de même écopé d'arrêts de travail de plus d'une dizaine de jours. L'origine de l'infection est sans aucun doute interne au site de Clarebout. Pour l'heure, il faut attendre les résultats des analyses qui seront transmis à l'agence de santé flamande, précise La Voix du Nord.

LES SALARIÉS PRÉVENUS TARDIVEMENT

Un des salariés français de l'usine, en majorité sur le site, a accepté de témoigner pour le quotidien local, sous couvert d'anonymat. Lui a passé trois jours à l'hôpital, a subi "28 prises de sang" et a écopé de "onze jours d'arrêt maladie". Il rapporte que vendredi 21 juillet a eu lieu le nettoyage des lignes de production. "En production, les salariés manipulent beaucoup d'eau, pour, entre autres, laver les patates". Les premiers cas se sont déclarés le samedi 22 juillet. Mais "l'affiche de la direction a été collée seulement mercredi 26", poursuit ce témoin. L'équipe du centre hospitalier d'Armentières a toutefois évoqué la possibilité d'une forme bénigne de légionellose, dont les bactéries se développent dans l'eau. Ce salarié doit encore attendre trois semaines pour connaître le diagnostic définitif.

Du côté de Clarebout potatoes, c'est l'omerta. La société n'aurait pas contacté ses salariés infectés. Et la direction n'a pas répondu à la presse sur cette mystérieuse contamination d'au moins 70 salariés de son usine. Toutefois, elle n'a pas fermé ses portes et continue de tourner.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
113 commentaires - Nord : 70 salariés d'une usine de pommes de terre hospitalisés
  • GROSSURLAPATATE..!!.!!.
    Et en plus, c'est les meilleures du monde...!!!.!.Comme blague Belge, on fait mieux..!.!!..NON.????

  • Bruxelles fait le menage dans les pays de la ce il devrait balayé devant sa porte
    pour repondre à jmc
    j habites dans le nord et les belges achetent nos terrains agricoles pour cultiver leurs merdes
    et oui ils ont le pognons des aides alors que nos agriculteurs meurent de faim en gagnant meme pas le smic pour certains
    voila ce qu est devenu notre belle france il faut croirent que nous devrions tous et toutes vendres de galces et de chouchous sur nos plages

  • mangeons français

    Le mangeons Français n'est pas meilleur.

  • une mineure decede apres un coktail au klipal resulatat on inerdit la vente des produits codoines et a plusieurs malades apres manipulation des pomme de terre l ars va t elle interdire de vente les pommes de terre? ou seulement l obligation de prescription médicale? IOI

  • L'usine tourne, la direction va se dire qu'ils sont 70 de trop.