Noël : vers une pénurie dans les magasins de jouets ?

Noël : vers une pénurie dans les magasins de jouets ?
©Panoramic

, publié le lundi 23 novembre 2020 à 13h00

Plusieurs commerçants craignent de ne pas avoir assez de stocks de jouets pour tous les clients prêts à acheter des cadeaux de Noël. Une prévision que ne partagent pas de grands chefs d'entreprise comme Michel-Édouard Leclerc.

Les fêtes de Noël approchent et l'angoisse commence déjà s'installer parmi les nombreux commerçants en France. Emmanuel Macron va prendre la parole mardi 24 novembre et il pourrait faire de grandes annonces. Le gouvernement envisage la réouverture des commerces non-essentiels mais certains magasins de jouets sont dans l'incertitude : ils redoutent une potentielle pénurie, selon France Bleu.



Comme le rappelle le média, 40 millions de jouets sont habituellement offerts durant la période de Noël. La moitié des ventes est réalisée dans les semaines de novembre et décembre. L'édition 2020 pourrait en revanche rencontrer de vraies difficultés. Porte-parole de la fédération du jouet mais aussi patronne de Lego France, Anne Besson a confié ses craintes à BFM Business. Elle annonce que les commerçants pourraient se retrouver en manque de stock, et ce, notamment en raison d'un problème d'acheminement.

Une pénurie ? « C'est pipeau » pour Michel-Édouard Leclerc

Invité de la matinale de CNews, lundi 23 novembre, Michel-Édouard Leclerc ne partage pas ces craintes quant à la prochaine période décisive qui s'annonce pour les professionnels du commerce, estimant qu'il y a « largement du stock ». « J'ai commencé à voir dans les journaux qu'il y aurait des problèmes, et pas assez de jouets. C'est pipeau, hein », affirme-t-il. Il appelle les consommateurs à ne pas se précipiter pour tout acheter le plus rapidement possible, il n'y aura pas de pénurie, selon lui.

Si les stocks existent, c'est parfois leur approvisionnement qui inquiète les commerçants. Dans le cas de Lego, Anne Besson rappelle que la marchandise destinée au marché français se trouve encore en République tchèque. Les stocks de Barbie risquent aussi de manquer, selon Le Figaro, qui a joint la direction de Mattel, la société qui commercialise les produits. Une partie des fameuses poupées a été transférée durant le confinement vers les pays où les magasins de jouets n'ont pas fermé leurs portes. Les enseignes françaises devront donc composer avec de probables retards dans les livraisons. Ce qui pourrait occasionner ainsi une pénurie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.