Nièvre : 30 maires démissionnent pour protester contre la fermeture des urgences

Nièvre : 30 maires démissionnent pour protester contre la fermeture des urgences
Une chambre de la maternité de Clamecy le 18 février 2008.

Orange avec AFP, publié le mercredi 21 février 2018 à 18h24

Le service des urgences de Clamecy (Nièvre) est menacé de fermeture tout comme ceux d'Avallon et Tonnerre dans l'Yonne. En signe de protestation, 30 maires enverront jeudi 22 février leur démission au préfet qui a un mois pour les accepter.

Un rassemblement aura lieu dans la soirée devant l'hôpital de Clamecy, 3 800 habitants. Les élus y demanderont symboliquement à être soignés pour "syndrome post-traumatique lié à la fermeture des urgences de nuit".



Ces élus locaux, en plein désert médical, ont le sentiment de ne pas être entendus : "normalement, les services d'urgences doivent intervenir dans les 30 minutes. Dans un territoire comme le nôtre où la population est âgée, si on nous ferme les urgences de nuit, nous allons compter les morts", dénonce auprès du Figaro, Danielle Konieczny, maire de Ouagne, une commune de 150 habitants à proximité de Clamecy.

67 SERVICES DES URGENCES MENACÉS

Le nouveau projet régional de Santé pour la région Bourgogne-Franche-Comté est toujours en discussion et devrait être rendu public en juin 2018. Mais selon l'agence régionale de santé, 200 urgentistes manqueraient dans la région. Il s'agirait de mieux répartir les professionnels sur dans les villes les plus importantes de Bourgogne-Franche-Comté.

Si les urgences de Clamecy étaient amenées à fermer, les habitants seraient alors contraints de faire près d'1 heure de route pour rejoindre les urgences d'Auxerre ou Nevers. En tout, selon le rapport Grall sur la territorialisation des urgences paru en 2015 et cité par Le Figaro, 67 services des urgences seraient menacés de fermeture.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
280 commentaires - Nièvre : 30 maires démissionnent pour protester contre la fermeture des urgences
  • Comme je les comprends.
    Cela tourne au cauchemar dans le service des urgences
    Qu'y trouve t'on ???
    Mis a part quelques personnes réellement en besoin de soins urgents : on y trouve :
    des bobos insignifiants, des rhumes, de petites blessures, des bébés qui pleurent, des personnes qui viennent se mettre au chaud l'hiver, et ... combien d'étrangers accompagnés de toute leur smala ???
    Alors, faisons le tri. Cela évitera des "dortoir" dans les couloirs ou il faut attendre jusqu'à 6, 7 heures avant que l'on s'occupe de vous,, avant de prendre en charge de réels malades qui "poireautent des heures entières parce qu'un médecin "homme" s'occupe "d'une" femme étrangère sous le regard du mari ou du copain en se faisant insulter
    Comment ne pas comprendre le RAZ LE BOL des urgentistes, des infirmiers, des médecins, voir même des secrétaires obligées de faire reculer quelques plus "pressés" que les autres
    Qui arrivera a mettre un peu d'ordre dans ce foutoir qui coûte une fortune a la collectivité mais dont personne n'a le courage de s'occuper
    Et s'il n'y avait que cela ??????????

  • Il n’y a plus d’argent, il faut d’abord prioriser notre obligation d’assurer un train de vie correct aux migrants.

  • Pendant que les français manifestent contre la fermeture des urgences et les déserts médicaux, Macron apprend son texte, il va faire du théâtre ! L'esprit frivole de ce Monsieur, dans la période de quasi disette que vivent beaucoup de gens, ne fait qu'accentuer le côté méprisant de son personnage...La France d'en haut et celle d'en bas n'ont pas les mêmes priorités !

  • j'ose espérer que leur traitement d'élus est également suspendu !!

  • pourquoi ils ne démissionneraient pas pour l'augmentation de la CSG !pour les petites retraites !