ALERTE INFO
15:14 Assassinat de Samuel Paty : deux collégiens de 14 et 15 ans déférés

Nicolle Beltrame : "On parle toujours des terroristes, j'ai l'impression qu'on leur fait de la publicité"

Nicolle Beltrame : "On parle toujours des terroristes, j'ai l'impression qu'on leur fait de la publicité"
Arnaud Beltrame, en janvier 2013 (illustration)

, publié le mercredi 13 mars 2019 à 09h40

La mère du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, assassiné par un terroriste le 23 mars 2018 au Super U de Trèbes, publie un livre-hommage dédié à son fils. Elle explique recevoir "beaucoup de sollicitations", et s'interroge sur l'exposition donnée aux revendications terroristes.

"Je n'ai pas une minute à moi.

Je continue de porter tout ce qu'il était". Près d'un an après l'attentat qui a coûté la vie à son fils Arnaud, Nicolle Beltrame a accordé mercredi 13 mars un entretien à RTL où elle explique sa vie actuelle, et évoque la place d'Arnaud Beltrame.

"C'est un symbole, il a osé se dresser contre la force du mal, contre le terrorisme" estime t-elle, expliquant recevoir "beaucoup de sollicitations des villes de France, des particuliers, des politiques...". Elle doit aussi répondre à de multiples demandes d'autorisations émanant de gendarmeries, "pour nommer des villes, des écoles" en l'honneur de son fils.


"Je reçois des courriers qui vont directement dans ma cheminée"


La mère du Lieutenant-colonel tombé sous le feu souhaite rendre dommage à son fils, s'il est bien identifié. "Je dis oui lorsqu'on marque Lieutenant colonel Beltrame ou Arnaud Beltrame. Si on met place Beltrame, je dis non", détaille t-elle. Si les hommages ont déferlé sur Arnaud Beltrame, sa mère n'a pas été épargnée par des sollicitations moins bienveillantes. "Je reçois des courriers qui vont directement dans ma cheminée", commente t-elle à propos de messages "inintéressants et polémiques", qui ne "l'intéressent pas".



Interrogée au sujet du "bourreau" de son fils, Nicolle Beltrame estime que les "revendications" des terroristes et les allégeances prononcées par les assaillants sont trop exposées. "On parle toujours des terroristes. J'ai l'impression qu'on leur fait de la publicité", dit-elle, ajoutant qu'"on devrait pas en parler de cette façon".

Quant à la longue négociation dans laquelle Arnaud Beltrame a perdu la vie, Nicolle Beltrame aurait aimé "être une petite souris pour savoir qu'il s'est passé". "Il a dû tout essayer", note t-elle. L'officier de gendarmerie Arnaud Beltrame avait été assassiné le 23 mars 2018 après s'être substitué à une otage d'un jihadiste dans le supermarché Super U de Trèbes. L'attaque terroriste avait au total coûté la vie à quatre personnes, plus l'assaillant, abattu sur place. "En donnant sa vie pour mettre un terme à l'équipée meurtrière d'un terroriste djihadiste, il est tombé en héros", avait souligné Emmanuel Macron, au cours de l'éloge funèbre d'Arnaud Beltrame, prononcée sur la place des Invalides.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.