Nice : la troisième dose de vaccin contre le Covid-19 accessible à tous dès le 1er décembre

Nice : la troisième dose de vaccin contre le Covid-19 accessible à tous dès le 1er décembre
Un centre de vaccination à Nice le 18 avril 2021.
A lire aussi

publié le lundi 22 novembre 2021 à 19h27

Christian Estrosi a annoncé que la troisième dose serait accessible dès 12 ans dans la métropole niçoise dès le 1er décembre. Il a demandé au gouvernement lors d'une conférence de presse de "débloquer" cette troisième dose pour tous à l'échelle nationale. 

Il prend les devants.

Le maire de Nice Christian Estrosi a annoncé lundi 22 novembre qu'à compter du 1er décembre, toutes les personnes dès 12 ans pourront se faire injecter une dose de rappel du vaccin anti-Covid. Cette troisième dose, qui se dessine pour tous les adultes, ne sera disponible qu'aux plus de 50 ans au niveau national. "Les Niçois et Métropolitains ayant terminé leur cycle vaccinal depuis six mois pourront, s'ils le souhaitent, réaliser leur 3e dose dans les centres de vaccination de la Métropole, et ce, sans limite d'âge, dès le 1er décembre, de 17h à 18h, dans la limite des doses restantes disponibles", précise la métropole lundi 22 novembre dans un communiqué.



"Les équipes mobiles de vaccination couvrant le haut et moyen pays qui seront réactivées dès la semaine prochaine", a-t-il également annoncé et relayé sur Twitter. Le président de la métropole et maire de Nice Christian Estrosi a assuré lors d'une conférence de presse "respecter les règles fixées par le ministère de la Santé". Il demande toutefois au gouvernement de "débloquer" la vaccination pour tous concernant cette nouvelle dose de rappel. 

Des "restrictions ciblées" pour les non-vaccinés

L'élu niçois réclame également auprès des pouvoirs publics l'adoption de mesures de "restrictions ciblées" pour les non-vaccinés, en matière notamment "d'activités culturelles, de loisirs, sportives, commerciales ou de fréquentation de lieux où le confinement de gens trop proches les uns des autres pourrait avoir des conséquences", si la situation sanitaire était amenée à se détériorer. 

"Les vaccinés n'ont pas à payer pour les non-vaccinés, nous n'allons pas remettre sous cloche notre économie, nos activités culturelles ou nos stations de sports d'hiver", a justifié Christian Estrosi, tout en se disant opposé à un confinement des réfractaires à l'injection.

La 3e dose pour tous se précise 

Le rappel vaccinal est ouvert en France aux plus de 65 ans depuis septembre. Il sera également pour les plus de 50 ans à compter de début décembre. La perspective d'un rappel de vaccin anti-Covid pour tous les adultes en France semble se rapprocher, puisque les deux instances qui conseillent le gouvernement pendant la pandémie l'envisagent désormais à cause de la dégradation de la situation. La Haute autorité de santé avait recommandé de son côté que la troisième dose soit possible dès 40 ans. Le Conseil scientifique et le conseil d'orientation de la stratégie vaccinale sont allés plus loin. 

Selon eux, l'élargissement du rappel à tous les adultes, six mois après la vaccination, pourrait permettre de "freiner l'épidémie et réduire le nombre de formes graves", alors que les cas flambent et que l'efficacité des vaccins contre l'infection baisse avec le temps. Le COSV, présidé par l'immunologue Alain Fischer, est le premier à l'avoir dit, dans un avis daté de vendredi. Dans un autre avis daté de samedi et rendu public lundi, le Conseil scientifique, présidé par l'infectiologue Jean-François Delfraissy, appuie cette hypothèse.

"Je ne serais pas étonné qu'on aille progressivement vers des rappels vaccinaux pour tous les adultes qui ont été vaccinés, c'est le sens de l'histoire", avait également appuyé Emmanuel Macron lors d'un déplacement dans le Nord vendredi. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.