Nice : Christian Estrosi veut des policiers armés dans les écoles

Nice : Christian Estrosi veut des policiers armés dans les écoles
Christian Estrosi souhaite que les policiers municipaux accueillent les élèves dans l'enceinte des écoles. (photo d'illustration)

Orange avec AFP, publié le jeudi 06 avril 2017 à 17h10

Les écoliers niçois pourraient bientôt être accueillis par un policier armé. Le premier adjoint au maire Les Républicains (LR) de Nice, Christian Estrosi, a demandé à l'État l'autorisation d'assigner des policiers municipaux armés à la surveillance des entrées et des sorties des écoles de la ville, rapporte jeudi 6 avril Le Parisien.


Les 154 écoles maternelles et élémentaires publiques de Nice, dans les Alpes-Maritimes, sont concernées par la demande.

Si la ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem l'accepte, l'expérimentation commencerait à la prochaine rentrée, en septembre. "Le policier se substituerait aux vigiles privés en faisant la surveillance des entrées et sorties scolaires. Au lieu de patrouiller à l'extérieur, il rentrerait dans l'école, tiendrait les registres des accès...", détaille Christian Estrosi, cité par Le Parisien. Cependant, les agents ne seraient pas en contact avec les enfants aux autres moments de la journée.

"LA CIBLE DES JIHADISTES"

Les écoles sont "clairement la cible des jihadistes", assure l'élu, qui a déjà annoncé le recrutement de 110 policiers municipaux pour la sécurisation des établissements. Il demande également l'autorisation d'installer des caméras de vidéosurveillance à l'intérieur des écoles, dont les images ne seraient visionnées qu'en cas d'alerte. "Lors de fusillade de Grasse, cela aurait permis aux forces de l'ordre de ne pas mettre deux heures pour vérifier la présence d'un éventuel complice."

Au sein du conseil municipal, la question fait débat. Selon le conseiller municipal PS Patrick Allemand, "les policiers doivent rester à l'extérieur des enceintes scolaires, quitte à prévoir, si nécessaire, des guérites à l'entrée."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU