Naufrage d'un bateau de la SNSM : l'épouse du pêcheur disparu témoigne

Naufrage d'un bateau de la SNSM : l'épouse du pêcheur disparu témoigne
Trois sauveteurs en mer sont morts vendredi au large des Sables-d'Olonne après le chavirage de leur vedette.

, publié le lundi 10 juin 2019 à 08h23

Trois sauveteurs en mer sont morts vendredi 7 juin au large des Sables-d'Olonne après le chavirage de leur vedette sortie en pleine tempête Miguel pour porter assistance à un bateau de pêche. Dimanche, l'épouse du pêcheur disparu a tenu à réagir sur France 2 affirmant que son mari n'avait rien "d'un casse cou". 

"Mon mari a commencé à travailler comme marin-pêcheur à l'âge de 15 ans.

Il connaissait parfaitement le métier et la région", assure Evelyne Guibert. "Lorsqu'il est parti vendredi matin à 6 heures, j'étais avec lui. Il n'y avait pas de tempête. La gendarmerie maritime, qui m'a convoquée, m'a confirmé qu'il n'y avait pas de tempête à ce moment-là. Quand il est parti, il a même croisé un bateau qui rentrait au port, donc on pouvait naviguer", explique-t-elle.



Il avait pris la mer "juste pour faire deux coups de chalut"

Selon elle, son mari, Tony Guibert, âgé de 59 ans, n'était en rien un amateur. "Il a longtemps fait les campagnes de pêche en Ouest Irlande pour un patron", précise-t-elle. "Retraité, il continuait à pêcher très régulièrement. Vendredi, il avait pris la mer "juste pour faire deux coups de chalut", souligne-t-elle s'étonnant par ailleurs que le centre régional de secours ait d'abord envoyé un "vieux bateau" pour le secourir au lieu "d'un hélicoptère". 

Vendredi, le préfet maritime de l'Atlantique Jean-Louis Lozier a déclaré qu'il n'y avait plus d'espoir de retrouver le corps du propriétaire du chalutier. Lundi 10 juin, la ville des Sables-d'Olonne organise une marche silencieuse en hommage aux trois marins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.