Nantes : une salariée d'un hypermarché partage sa prime de 1.000 euros avec les soignants

Nantes : une salariée d'un hypermarché partage sa prime de 1.000 euros avec les soignants
Dans une pharmacie (illustration)

, publié le jeudi 28 mai 2020 à 11h30

Cette conseillère en parapharmacie avait poussé un cri de colère en mars contre les clients qui se donnaient rendez-vous dans les rayons de l'hypermarché en plein confinement. 

"La prime de 1.000 euros, ce n'est rien par rapport à ma santé", a expliqué Cécile, au quotidien Ouest-France. Cette conseillère en parapharmacie d'un hypermarché Carrefour de Nantes (Loire-Atlantique) a décidé de partager sa prime exceptionnelle de 1.000 euros, versée par de nombreux hypermarchés à ceux qui ont travaillé en dépit des risques, avec les soignants. "Je veux être solidaire, l'hôpital a besoin de moyens supplémentaires", ajoute-t-elle.



Fin mars, elle avait exprimé sa colère contre les clients de son hypermarché qui, pendant le confinement, se donnaient rendez-vous dans les rayons du magasin, au mépris des consignes de sécurité, en plein épidémie de coronavirus.

Quelques jours plus tard, elle est tombée malade du coronavirus et a été arrêtée pendant près d'un mois.


"J'ai eu tellement peur, peur de mourir. J'élève seule mes deux filles de 3 et 6 ans. J'ai été bien soignée, tout le monde a été gentil et m'a aidée à trouver des solutions", a-t-elle témoigné dans Ouest-France. "Le personnel médical bosse énormément. Mon médecin traitant m'a appelée tous les jours pendant ma maladie. Je leur dois énormément", raconte-t-elle encore. 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.