Nantes : un mannequin à l'effigie d'Emmanuel Macron brûlé et pendu par des manifestants

Nantes : un mannequin à l'effigie d'Emmanuel Macron brûlé et pendu par des manifestants
Une photo d'Emmanuel Macron en train de brûler, à Nantes, le 7 avril 2018.

, publié le dimanche 08 avril 2018 à 15h55

Les membres de la majorité, choquésn par le geste des manifestants, dénoncent un "appel au meurtre".

Quelque 2.000 personnes ont manifesté, samedi 7 avril, à Nantes, contre les réformes du gouvernement concernant l'accès à l'université et la SNCF. À la fin du cortège, des manifestants ont dressé une potence sur laquelle ils ont pendu un mannequin à l'effigie d'Emmanuel Macron.

Un membre du cortège a ensuite frappé le mannequin avant que celui-ci ne soit brûlé.



Des images choquantes pour une grande partie de la classe politique qui a vivement réagi sur les réseaux sociaux. Valérie Oppelt, députée LREM de la 2e circonscription de Loire-Atlantique, a dénoncé un "appel au meurtre" rappelant, qu'il était "condamnable par les tribunaux".

"Dangereux et inquiétant"

"Il y a le militantisme et il y a la violence. Certains ont choisi la 2e option, transformant la revendication syndicale en appel au meurtre... Dangereux et inquiétant. Qui sont ces gens qui prétendent défendre des droits ?", interroge de son côté Anne-Laurence Petel, députée des Bouches-du-Rhône.

Invité du Grand Jury sur LCI/RTL/Le Figaro, le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy a crié au "scandale". "Il faut une condamnation, au minimum, claire, nette et précise de la part des responsables politiques et syndicaux qui participent et appellent à ces manifestations", a-t-il réclamé.

Malgré la polémique et l'appel du président de l'Assemblée nationale, le porte-parole du syndicat Solidaire a tenu à exprimer sa solidarité avec les manifestants : "Nous sommes solidaires des jeunes qui ont pris l'initiative de brûler cette effigie. Il est plus que jamais nécessaire non seulement de le faire vaciller sur son piédestal et y compris de lui faire rendre gorge".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.