Nantes: des incidents en marge de la "marée populaire"

Nantes: des incidents en marge de la "marée populaire"
Un manifestant porte un gant rouge dans le cortège contre la politique d'Emmanuel Macron à Nantes le 26 mai 2018 en référence à l'étudiant de 21 ans qui a eu la main arrachée à Notre-Dame -des-Landes

AFP, publié le samedi 26 mai 2018 à 17h41

Des incidents ont éclaté samedi lors de la manifestation à Nantes de la "marée populaire" contre la politique d'Emmanuel Macron, quand la tête du cortège, une centaine de militants anticapitalistes vêtus de noir, est passée devant la préfecture, a constaté une journaliste de l'AFP. 

Des individus ont lancé des projectiles (bouteilles, pierres, billes de peinture, lacrymogènes, bâtons et papier toilette) en direction des forces de l'ordre, qui ont répliqué en faisant usage d'une lance à eau. 

Une personne a été interpellée pour jet de projectiles sur les forces de l'ordre, selon la police.

Quelques tags étaient visibles sur la façade de la préfecture et du mobilier urbain a été cassé, a constaté une journaliste de l'AFP. Entre 3.000 et 6.000 personnes ont défilé à Nantes, selon la police et les organisateurs.

Le cortège s'était ébranlé vers 15H15 du château des ducs de Bretagne, derrière des banderoles proclamant: "A l'attaque - Engloutissons Macron", "Gardez la haine fraîche" ou encore "Ni Macron ni matraque". 

Les anticapitalistes en tête ont scandé 'la police mutile, la police assassine" et "Maxime on pense à toi", en référence à cet étudiant de 21 ans qui a eu la main arrachée mardi à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en ramassant une grenade. De nombreux manifestants portaient un gant rouge en soutien.

Des pancartes - dont "Macron on va te faire un moignon" - faisaient référence au blessé. Parmi les autres pancartes, dans le cortège des organisateurs et des cheminots notamment : "Jupiter on va te faire redescendre sur terre", "Macron usurpateur des voix du peuple de gauche", "Oui,ça ruisselle: ils nous pissent dessus" ou encore "SNCF mon amour".

Marc Reumont, 71 ans, retraité se disant "plus anarchiste que gauchiste" est venu manifester car "si on ne fait rien, on va laisser Macron faire ce qu'il veut". "Ca chauffe pas assez par rapport à 68, j'aimerais que ça bouge plus", regrette ce soixante-huitard pour qui "on va dans le mur et personne ne fait rien".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.