Mutuelle : mauvaise nouvelle pour les Français

Mutuelle : mauvaise nouvelle pour les Français©Pixabay

publié le jeudi 25 mars 2021 à 09h00

Selon une étude du comparateur LeLynx.fr dévoilée par Le Parisien ce jeudi 25 mars, les complémentaires santé vont augmenter en moyenne de 4,3%. En moyenne, le coût d'une complémentaire s'élève à 880 euros par Français en 2021.

En 2021, les Français subissent toujours la pandémie de Covid-19 et ses restrictions.

Et ils apprennent ce jeudi 25 mars qu'ils vont payer en moyenne 880 euros leur mutuelle sur l'année 2021, selon une enquête de LeLynx.fr, dévoilée par Le Parisien. Cette enquête a examiné 278 616 primes, et a donc constaté une hausse des montants de "4,3% en un an", a indiqué au quotidien Amina Walter, directrice générale déléguée du comparateur.



Une hausse alors que les complémentaires santé ont réalisé 2,2 milliards d'euros d'économies en 2020, notamment à cause des soins et opérations déprogrammés pendant la crise sanitaire. Mathieu Escot, chargé de mission à l'UFC Que Choisir, estime dans Le Parisien qu'"au vu des économies réalisées par les mutuelles l'année dernière, la pilule est dure à avaler !"

Des disparités selon l'âge et entre les régions

L'augmentation ne touche pas les Français de la même façon, tout dépend de l'âge et de son lieu de résidence. Partout en France, un jeune va payer presque trois fois moins cher que les plus de 55 ans, qui ont davantage de problèmes de santé ou de risques d'en développer. En revanche, la note est plus salée qu'ailleurs pour les habitants des Hauts-de-France (923 euros en moyenne), d'Ile-de-France (909 euros) ou de Provence-Alpes-Côte d'Azur (907 euros). Les plus chanceux habitent la Bretagne (784 euros), le Grand Est (809 euros) et les Pays-de-la-Loire (799 euros). "En Bretagne, par exemple, où il y a des déserts médicaux, les assureurs et complémentaires parient sur le fait que le nombre de soins sera moins conséquent", analyse Amina Walter dans le quotidien.

Le coronavirus n'y est pas pour rien dans l'augmentation du prix des mutuelles. Le gouvernement a mis en place une taxe Covid pour que les complémentaires santé aident à payer le déficit de la Sécurité sociale. "Elles participent à l'effort de guerre, fait remarquer Amina Walter. Cela se répercute sur les assurés, ou, du moins, ça n'encourage pas les mutuelles à geler les primes." Et puis il y aussi derrière la hausse liée à la généralisation du 100% Santé par exemple ou le vieillissement progressif de la population.  

C'est ce que souligne dans Le Parisien le directeur général de la Mutualité Française, Albert Lautman : "L'augmentation répond au vieillissement de la population, à la multiplication des maladies chroniques et aux nouvelles prestations prises en charge".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.