Muriel Pénicaud "reconnaît une erreur" sur le congé après le décès d'un enfant

Muriel Pénicaud "reconnaît une erreur" sur le congé après le décès d'un enfant
La ministre du Travail Muriel Pénicaud.

publié le samedi 01 février 2020 à 19h08

Le gouvernement s'était opposé au rallongement de ce congé de cinq à douze jours.

C'est un mea culpa auquel s'est livré la ministre du Travail Muriel Pénicaud samedi soir, à la demande insistante du président de la République, qui avait, plus tôt dans la soirée, demander "au gouvernement de faire preuve d'humanité". La ministre a notamment reconnu que le gouvernement venait de commettre "une erreur" en donnant pour consigne aux députés marcheurs de s'opposer à une proposition de loi pour porter de cinq à douze jours le congé donné aux parents après le décès d'un enfant.

Cette décision avait provoqué un tollé. Et le chef de l'Etat de sortir de sa réserve, ce samedi, pour ramener son gouvernement à la raison et couper court à la polémique.


 


En substance, Muriel Pénicaud reconnaît que "face au deuil, il faut du soutien psychologique" et promet que le gouvernement prévoit de "le renforcer". Et d'ajouter : "Il faut aussi un temps de répit. Sur ce sujet, le gouvernement reconnaît une erreur qu'il entend rapidement corriger". Dans les prochains jours, Muriel Pénicaud s'est engagée à "trouver les solutions" pour un allongement à douze jours. 


Le 31 janvier , le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux avait déjà demandé un nouveau vote pour la proposition de loi du groupe UDI-Agir d'instaurer un congé de deuil de douze jours plutôt que cinq pour le décès d'un enfant, rejetée d'extrême justesse par les députés. 



"C'est une évidence et c'est lancé" a répondu dans un tweet Geoffroy Roux de Bézieux à l'ancienne présidente de l'organisation patronale Laurence Parisot, qui avait estimé un peu plus tôt que "le Medef s'honorerait à demander un nouveau vote de cette proposition".

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.