Moselle : pas de reconfinement ni de fermetures d'écoles malgré la flambée des cas de Covid-19

Moselle : pas de reconfinement ni de fermetures d'écoles malgré la flambée des cas de Covid-19
Le ministre de la Santé Olivier Véran s'est rendu le 12 février 2021 à Metz pour rencontrer les élus locaux alors que la Moselle connaît une flambée des cas de Covid-19.

, publié le samedi 13 février 2021 à 13h18

Les mesures actuelles apparaissant "à ce jour suffisantes", a assuré samedi 13 février le préfet de Moselle. 

Alors que la situation sanitaire liée au Covid-19 inquiète en Moselle, le préfet de la Moselle a annoncé samedi 13 février que les écoles restaient ouvertes dans ce département, qui ne fera pas non plus l'objet d'une mesure de confinement local pour l'instant, contrairement à ce que réclamaient plusieurs élus locaux.



Les mesures de lutte contre la propagation du virus (couvre-feu quotidien à 18h, fermeture des grands centres commerciaux, port du masque généralisé dans le département...) "apparaissent à ce jour suffisantes", a justifié Laurent Touvet. Ces mesures sont "adaptées à la situation actuelle (...).

Si dans les prochaines semaines la situation évolue, elles pourraient évoluer" aussi, a-t-il toutefois indiqué.

Vendredi, seulement 100 classes sur 4.000 étaient fermées en Moselle, a indiqué M. Touvet lors d'un déplacement samedi matin au CHR de Metz-Thionville, selon le site du quotidien régional Le Républicain Lorrain. Dès lundi, pour chaque cas positif, la classe sera fermée et l'élève positif sera isolé 10 jours au lieu de sept, a-t-il ajouté. Il n'y aura pas non plus de restriction de déplacement, a ajouté le préfet, selon le Républicain Lorrain.

"On s'attend au pire", a commenté dans la foulée la directrice générale du centre hospitalier régional Metz-Thionville sur BFMTV. 




La veille, le ministre de la Santé Olivier Véran s'était rendu à Metz pour rencontrer les élus et responsable locaux de ce département métropolitain avec le taux d'incidence de cas de Covid-19 le plus élevé (290 cas positifs pour 100.000 habitants entre le 2 et le 8 février, contre une moyenne de 201 pour la France). Ne se prononçant pas sur un reconfinement local, il avait annoncé un renforcement de la politique de tests et de vaccination. 

"Nous restons totalement sur notre faim. Pour l'instant, la réponse n'est pas du tout à la dimension du problème", avait alors réagi sur BFMTV le maire de Metz (LR) François Grosdidier, qui avait plaidé pour un reconfinement localisé.  "Nous attendions beaucoup plus", a déploré de son côté samedi sur franceinfo Pierre Cuny, maire et médecin de Thionville, deuxième ville de Moselle, réclamant la fermeture anticipée des écoles dans le département, une semaine avant les vacances scolaires. 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.