Mort de Samuel Paty : le meurtrier a contacté un jihadiste russophone en Syrie

Mort de Samuel Paty : le meurtrier a contacté un jihadiste russophone en Syrie
Des groupes armés rebelles, près d'Idleb (illustration)

, publié le jeudi 22 octobre 2020 à 11h44

Selon Le Parisien, ce contact aurait été localisé dans la ville d'Idleb, un des derniers bastions des partisans du groupe Etat islamique.

Au lendemain de l'hommage rendu à Samuel Paty par Emmanuel Macron, de nouveaux éléments ont filtré sur les connexions du meurtrier du professeur avec le milieu jihadiste. Selon une source proche du dossier, le meurtrier de Samuel Paty était en contact avec un jihadiste russophone en Syrie, a t-on appris jeudi 22 octobre.

Abdoullakh Anzorov, réfugié d'origine russe tchétchène âgé de 18 ans, avait envoyé le 16 octobre sur les réseaux sociaux, un message audio en russe hésitant après avoir posté la photo du professeur d'histoire décapité à Conflans-Saint-Honorine (Yvelines).

Dans ce message ponctué d'épithètes coraniques, dont l'AFP a eu connaissance et qui a été authentifié par les enquêteurs, l'assaillant est essoufflé. Il explique avoir "vengé le prophète", en reprochant à Samuel Paty de l'avoir "montré de manière insultante". "Frères, priez pour qu'Allah m'accepte en martyr", dit-il selon une traduction de l'AFP


L'identité du jihadiste contacté par l'assaillant n'a pas été établie à ce stade, a-t-on ajouté de même source. Selon le Parisien, cette personne, localisée grâce à son adresse IP, serait basée à Idleb.


Ultime grand bastion jihadiste en Syrie. la zone d'Idleb est toujours le théâtre d'affrontements entre forces turques, groupes rebelles et régime syrien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.