Mort de Naomi Musenga : travailler au centre d'appels est "un poste très lourd, en première ligne"

Mort de Naomi Musenga : travailler au centre d'appels est "un poste très lourd, en première ligne"©FRANCE 2

franceinfo, publié le jeudi 10 mai 2018 à 21h27

"Cela fait 48 heures que l'affaire a explosé dans les médias et depuis, la porte est ouverte à tout. Le nombre d'appels d'insultes a augmenté." Alors que l'hôpital de Strasbourg est dans la tourmente après l'affaire Naomi Musenga, Sandrine Cnockaert, secrétaire régionale du syndicat Sud, a demandé à la direction de monter une cellule d'aide psychologique au sein de l'équipe du Smur. "Les collègues sont désemparés et ont peur pour la suite."

>> Ce que l'on sait de l'histoire de Naomi Musenga, morte après avoir été raillée par une opératrice du Samu

L'effectif du service compte 33 personnes au total. Cinq agents - trois répondants et deux superviseurs - travaillent à ce poste pendant douze heures pendant deux jours, avant de bénéficier de deux jours de repos. Jean-Claude

Lire la suite sur Franceinfo

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.