Mort de Faustine après un an de calvaire : la famille accuse l'hôpital

Mort de Faustine après un an de calvaire : la famille accuse l'hôpital

Une patiente à l'hôpital de Bron, en décembre 2012 (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le samedi 29 juillet 2017 à 14h45

VIDÉO - Pose de prothèse, interventions chirurgicales... La petite Faustine, presque 3 ans, est décédée le 15 juillet à Pont-de-Chéruy (Isère) après un an d'hospitalisation quasiment ininterrompue à l'hôpital de Bron, près de Lyon (Rhône).

Elle avait avalé une pile plate au lithium un an auparavant sans que les médecins ne s'en rendent compte immédiatement. Les parents accusent l'établissement de négligence.

Le calvaire de la petite fille a débuté le 11 juillet 2016. Ce jour là, Faustine est victime de difficultés respiratoires. Ses parents, inquiets, l'emmènent aux urgences, raconte à l'AFP sa maman Laetitia Aberkane, confirmant une information du quotidien Le Dauphiné Libéré. "On a été à l'hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron, où on lui a fait subir une radio", ajoute-t-elle. "Le médecin nous a dit qu'elle avait une bronchite, que des séances de kiné suffiraient".

Les parents ramènent donc leur fille chez eux, à Pont-de-Cheruy (Isère), à une trentaine de kilomètres de Lyon. Mais le 13, elle est à nouveau victime de détresse respiratoire. Retour à l'hôpital où une interne reprend le dossier médical et demande "si Faustine n'a pas avalé quelque chose".


"Je lui ai répondu que non, qu'elle avait une bronchite comme on nous avait dit, qu'elle devait se tromper de dossier", rapporte la maman. Finalement, l'interne vérifie, effectue une nouvelle radio, et annonce aux parents que Faustine doit être opérée d'urgence : elle a avalé une pile bouton au lithium, dont le contenu a causé des dommages irréversibles à l'œsophage. La suite, c'est un an d'hospitalisations, un nombre incalculable d'interventions sous anesthésie générale. Jusqu'à "cinq en dix jours" en janvier.

"IL N'Y A PAS D'EXPLICATION"

Pour les parents, le mauvais diagnostic du 11 juillet 2016 est en partie responsable du calvaire de Faustine. Sur la radio, la pile au lithium est pourtant bien visible, comme en témoigne une photo publiée par Le Dauphiné Libéré.
"Le médecin nous a dit qu'il avait cru que c'était son médaillon" sur la radio, s'indigne Laetitia Aberkane. "Après, que l'erreur était due à l'engorgement des urgences."


Les parents décident alors d'entamer une procédure judiciaire à l'amiable devant le tribunal administratif. Mais, dans la nuit du 14 au 15 juillet, Faustine décède brutalement, quatre jours après sa sortie de l'hôpital. "Vers minuit, elle s'est mise à cracher du sang. En dix secondes, elle est morte dans mes bras", raconte sa maman. "Pour moi, je ne vois pas comment c'est possible de louper ça", a lui déclaré à France 3 le père de la petite fille "Je ne veux pas incriminer sans savoir, mais il y a une évidence : elle a avalé un pile et ca n'a jamais été détecté".

Selon le Pr Olivier Claris, président du comité médical d'établissement des Hospices civils de Lyon (HCL), dont dépend l'hôpital en cause, pour "le décès de l'enfant, pour l'instant, ce n'est pas clair. Ce qui est indiscutable, c'est qu'il y a eu un retard de diagnostic de 48 heures" en juillet 2016. "Le tri a été fait correctement aux urgences. Une radiographie a été effectuée et une image très particulière n'a pas été prise en compte. Il n'y a pas d'explication", reconnaît le médecin, également chef du service néonatalogie à l'hôpital Femme-Mère-Enfant.

"Ce qui s'est passé est un drame (...). Il n'y a maintenant que la justice qui pourra tirer des conclusions. L'autopsie pratiquée va répondre aux causes du décès", ajoute le Pr Claris. L'avocate de la famille, Me Sandra Garcia, explique pour sa part qu'"avec le décès de Faustine, on réfléchit à l'opportunité de passer à une procédure pénale. On attend les conclusions de l'autopsie et on verra ce qu'on va faire".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
23 commentaires - Mort de Faustine après un an de calvaire : la famille accuse l'hôpital
  • Jpauvre enfant! Ne pas avoir détecté une pile à la radio est en effet une faute grave!

    Avoir permis à sa fille de l'avaler en est une autre ...

  • où a t'elle donc trouvé cette pile ? elle trainait sur une table, par terre, n'importe où; les parents sont responsables de ce qui est arrivé à leur enfant ! quant à la radio, on ne lui a pas fait subir une radio, elle a simplement eu une radio, sur laquelle apparaît d'ailleuers cette pile mais qui a été prise pour le médaillon de la petite.

    Vous avez raison. Votre analyse est bonne. Maintenant la confusion entre un médaillon et une pile reste inacceptable. On ne doit pas porter de bijoux lorsqu'on passe une radio. Le médecin aurait dû percuter à plusieurs moment.
    Mais les parents sont également fautifs. Il va falloir qu'ils assument.

  • Bizarre qu'une bronchite soit diagnostiquée sans autre signes qui sont les la toux, le nez encombré, la fièvre..., les parents sont coupables de négligence, mais le médecin est coupable d'incompétence. Les patients sont devenus des numéros et les urgences débordés n'ont plus de temps ni la compétence de prendre en charge correctement. La faute à qui ? mon médecin a des horaires de fonctionnaire 9H00 12H00 14H00 17H30. Fermé évidemment le samedi, et une affiche sur sa porte en cas de besoin, en dehors des heures de consultation, appelez les urgences. Du coup, pour une angine avec un peu de fièvre le samedi, si vous voulez pouvoir aller travailler le lundi matin, directement les urgences, il n'y a plus le choix, idem pour faire 3 point sur un doigt, il ne fait pas les points non plus ... Les toubibs sont devenus des fonctionnaires de la sécu, et c 'est eux-même qui vous envois aux urgence pour un oui, pour un non, d'où ensuite des drames tels que cette fillette, et combien d'autres d'ont on n'entend pas parler...

    Vous avez entièrement raison çe service public vital qu'était l'hôpital est devenu un casino où on joue à la roulette russe! Plus on paye d'impôts moins on a de services!

    jojo32, moi aussi mon médecin ne travaille pas le samedi mais il n'est pas le seul médecin du coin, il y en a d'autres qui bossent il faut prendre la peine de chercher avant d'aller direct aux urgences.

    Tout à fait d'accord, les médecins sont devenus des fonctionnaires de la Sécurité Sociale Compétents ou pas, ils seront toujours payés pour leur acte professionnel. Il n'ont pas d'obligation de résultat, mais seulement une obligation de moyen (leur diplôme par ex.) par contre votre plombier a une obligation de résultat (si la prestation n'est pas efficace, il doit la refaire... gratuitement).
    Il me semble qu'une possibilité devrait être ouverte auprès des Centre de S.Sociale pour rapporter tous les déboires que nous rencontrons avec les professionnels de santé, du médecin aux laboratoires, etc. Des économies importantes pourraient être réalisées et un certain nombre de professionnels mis sur liste rouge !

  • Chercher des responsabilités, voilà ce qui nous occupent le plus encore et toujours.Mais saisir les autorités pour la mise en place de campagnes de sensibilisation aux dangers que représentent ces piles rien. Faut'il le rappeler mais les jouets en sont plein. elles sont particulièrement néfaste pour l'environnement , alors imaginiez les dégâts en cas d'ingestion .Le lithium est particulièrement polluant, et n'est pas une matière banale, même si on en trouve un peu partout de nos jours.
    Une petite pensée pour la famille pour qui ,responsable ou non, la douleur de la perte de leur enfant sera toujours oprésente et présente.

  • la mort de l 'enfant est du à la néglicence des parents et des medecins

    suis de votre avis.