Mort d'Alexia Daval : Jonathann était "incapable d'assumer", estime son avocat

Mort d'Alexia Daval : Jonathann était "incapable d'assumer", estime son avocat©capture RTL

source RTL, publié le mercredi 31 janvier 2018 à 10h07

Jonathann Daval, le mari d'Alexia Daval retrouvée morte fin octobre dans un bois de Haute-Saône, a été mis en examen et écroué "pour meurtre sur conjoint".

Invité de RTL ce mercredi matin, Randall Schwerdorffer, l'avocat du meurtrier présumé, "sait" son client "soulagé". "Il est désolé de ne pas avoir parlé plus tôt", raconte-t-il.

Les circonstances du meurtre n'ont pas été clairement établies mais pour l'avocat, "il ne s'agit pas d'un meurtre avec une intention de donner la mort".



Pour expliquer le geste de son client, l'avocat de Jonathann a évoqué "la personnalité écrasante" d'Alexia Daval. Une défense qui a crée la polémique. Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, s'est indignée. "Je trouve que ses propos sont déplacés et hors propos parce que mes propos ne valent que dans le dossier de Jonathann et Alexia. Je ne cautionne aucune violence, ni les violences faites aux femmes, ni les violences faites aux hommes par les femmes. Ça existe, c'est le cas de Jonathann".

Et l'avocat d'enchaîner : "Je ne comprends pas qu'un ministre s'exprime de cette façon là systématiquement dès qu'il y a un sujet qui porte à polémique. Je ne pense pas que ce soit le rôle d'un ministre. Je pense que ces propos ne sont pas adaptés".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
225 commentaires - Mort d'Alexia Daval : Jonathann était "incapable d'assumer", estime son avocat
  • Les femmes ministres jacassent (cri de la pie) beaucoup dans cette affaire. Une seule avait éventuellement la légitimité pour le faire : celle de la justice. Si elle ne l'a pas fait il doit y avoir des raisons, non ?
    Quand à l'avocat de la défense, il fait son boulot ! Et comment qu'il le fait ! Il fonce ! C'est ce qu'on lui demande, pas vrai ?

  • Ayant été juré aux assises, j'ai vécu toute cette médiatisation en rentrant le soir chez moi. je trouve inadmissible que des médias et des politiciens s'expriment sur une dossier alors que la justice doit se rendre d'une manière sereine. Comment vont réagir les jurés face à une telle déferlante de pseudos experts, de pigistes, de politiciens qui outrepassent leurs droits et oublient la déontologie de leurs métiers. J'ai l'impression qu'il se repaissent du malheur de cette famille et vont comme cela s'est déjà produit par le passé conduire la justice dans des impasses. J'ai envie de leur dire: Taisez-vous, laissez la justice et les jurés faire leur tâche en toute objectivité et selon leur conviction.

  • Je tue, je transporte, je brule, je maquille, je mens, je joue la commedie pendant trois mois, je trompe tout le monde..
    Je te tue mais je ne veux pas te tuer............Comment un avocat de l'accusation peut parler comme cela ........Dans une semaine il demandera que l'on ait pitié d'un pauvre veuf. Comment peut on croire a un avocat dans ce système.
    Une honte pour cette corporation

  • réponse à phoenix68... il semblerait que vous n'ayez pas compris le sens de mon post...lisez au 1er degré et ça ira mieux ! ensuite et avec beaucoup de courtoisie..vous ne me connaissez pas... et vous vous permettez de me juger de façon péremptoire.... c'est avec des personnes comme vous que tout dérive... juste pour en terminer... je suis un défenseur ardent des femmes... mais avec discrétion... je n'affiche pas en public mes fonds de pensées et j'agis quotidiennement par des actes respectueux, Les femmes me le rendent très bien si vous voulez le savoir..

  • Mais pour assumer et dire des choses invalidantes
    c'est à lui, avocat , d'assumer et de respecter l'éthique de sa fonction
    en essayant pas d'inverser la responsabilité des actes