Morbihan : un car scolaire, bloqué à un passage à niveau, évite un TER de justesse

Morbihan : un car scolaire, bloqué à un passage à niveau, évite un TER de justesse

Le passage à niveau de Millas dans les Pyrénées-Orientales, le 16 décembre 2017 (illustration)

Orange avec AFP, publié le dimanche 28 janvier 2018 à 11h00

Le drame a été évité de peu. Un mois après l'accident de Millas qui a coûté la vie à six enfants, un car qui transportait des élèves s'est retrouvé coincé à un passage à niveau, vendredi 26 janvier sur la commune d'Elven, dans le Morbihan.

Une enquête a été ouverte.

Piégés entre les barrières. C'est la frayeur qu'ont vécu des collégiens vendredi matin sur le chemin de l'école. Le car qui les dépose habituellement devant leur établissement s'est retrouvé coincé sur la voie ferrée, à un passage à niveau, rapporte Ouest France. Le chauffeur a fait un bref arrêt lorsque les barrières se sont baissées. Le conducteur a juste eu le temps de faire marche arrière, évitant in extremis la collision avec le train qui arrivait.

Arrivés sains et saufs au collège, les élèves ont été pris en charge par une cellule d'écoute. La préfecture du Morbihan a aussitôt été alertée, ainsi que le maire d'Elven, près de Vannes, et une enquête de gendarmerie a été ouverte.





Le 14 décembre dernier, un car scolaire a été violemment percuté par un TER sur un passage à niveau à Millas, près de Perpignan. Six collégiens originaires du village de Saint-Féliu-d'Avall sont décédés et cinq autres ont été très gravement blessés. La conductrice, mise en examen pour "homicides et blessures involontaires par imprudence" et placée sous contrôle judiciaire, affirme que les barrières étaient levées, tandis que la SNCF et certains témoins assurent l'inverse.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
74 commentaires - Morbihan : un car scolaire, bloqué à un passage à niveau, évite un TER de justesse
  • une barrière de passage à niveau est en fibre de verre et prévue pour être cassée par le moindre véhicule.
    on ne peut donc pas être coincé par une barrière .
    il faudrait vraiment que l'examen du code de la route porte plus sur le fonctionnement et les règles de franchissement des passages à niveau.
    notamment on ne s'engage sur un passage à niveau que si on peut le franchir sans s’arrêter.
    pourtant il y en a qui s'avancent alors qu'il y a des voitures juste après le passage à niveau.
    vu qu'il n'y a que des demi-barrières sur ce passage c'est peut être ce qui s'est passé.

  • 1 Comment un bus peut-il rester coincé dans un PN qui ne comporte que 2 demi-barrières ? J'aimerais qu'on m'explique.
    2 Il se passe 7 secondes entre le début du clignotement des feux et le début de descente des barrières, ce qui laisse largement le temps de traverser le PN, même si l'annonce se déclenche dès l'entrée .
    3 Les barrières d'entrée mettent 9 à 10 secondes pour s'abaisser complètement.
    4 Le délai d'annonce total du déclenchement des feux jusqu'au passage du train ne peut être inférieur à 30 secondes (décret ministériel).

    Conclusion: le chauffeur du bus raconte ce qu'il veut mais ne nous dit pas la réalité.

  • Moi même j'habite près d'un passage à niveau et chaque fois je vois des voitures ou bus arrêtés dessus du simple fait que les conducteurs n'attendent pas que le véhicule devant l'ait franchit et roule pare-chocs contre pare-chocs. De même je vois des voitures qui accélèrent dès que le feu se met à clignoter et que la sonnerie retentie.

  • mais c'est pas possible , il y a combien de grand chef et d'ingénieur à la sncf , ils sont tres bien payes à faire quoi ?? je me le demande , pourquoi tout simplement allumer les signaux un peut plus vite avant l'arrivé du train , bordel de merde , virer moi c'est incapables

    Ah! Qu'en termes galants ces choses là sont dites ! ! !

  • Cela arrive aussi quelquefois en ville aux feux rouges ou aux panneaux stop, certains les grillent ou passent à l’orange et le risque d’accident grave est alors énorme. Mais qu’un chauffeur de car scolaire à qui sont confiés la vie des enfants prennent de tels risques mérite de lui interdire son métier.