France

Morbihan : sa locataire refuse de quitter les lieux, il entame tout de même les travaux qu’il avait prévu

Considérant les travaux motivant le congé envoyé par son propriétaire comme un motif pas sérieux et illégitime, la locataire d’une maison du Morbihan a refusé de quitter son logement. Dans le même temps, celui qui possède les murs a tout de même entamé le chantier, explique Ouest-France.

Il avait pourtant pris de l’avance, près d’un an pour être plus précis. Alors qu’il avait envoyé une lettre de congé à sa locataire le 1er août 2022 pour une prise d’effet le 26 juin 2023, le propriétaire d’une maison située à Vannes (Morbihan), s’est heurté au refus de cette femme qui a refusé de quitter les lieux. Le retraité qui possède la maison lui avait pourtant évoqué son souhait d’agrandir et de surélever sa propriété, et avait même échafaudé un calendrier avec des artisans qui devaient commencer à intervenir une fois la locataire partie, et après avoir obtenu le permis de construire nécessaire, détaille Ouest-France.

Un loyer impayé depuis 20 mois

Selon la locataire, le courrier envoyé par son propriétaire n’est pas légal car il n’évoque aucun "motif sérieux et légitime, ni le nom du membre de la famille qui habitera dans ce logement et ne comporte pas la notice obligatoire d’information du locataire". Partant de ce constat, elle est restée dans la maison, considérant que le bail était reconduit. Mais comme le précise Ouest-France, elle n’a plus payé son loyer depuis 20 mois.

Pour autant, le propriétaire a tout de même entamé un chantier, incluant la démolition du toit, nécessaire à la surélévation de la maison. Les ardoises ont donc disparu, mettant à nu les plafonds. "C’est nous qui avons bâché avec mon fils. Il a plu dans la maison", a ainsi raconté la mère de la locataire à nos confrères. Le propriétaire lui, ne compte pas se laisser duper, précisant qu’il n’avait pas augmenté le loyer depuis 12 ans, et rappelant qu’il n’avait pas perçu celui-ci depuis plusieurs mois. "On répète qu’on ne peut plus se loger, mais il ne faut pas être étonné, quand on voit le comportement de certains", a-t-il déploré, dans l’attente d’une assignation en justice contre la locataire.

publié le 22 juillet à 11h05, Nathan Hallegot, 6Medias

Liens commerciaux