Moins d'épreuves, mesures sanitaires... A quoi va ressembler le bac 2021 ?

Moins d'épreuves, mesures sanitaires... A quoi va ressembler le bac 2021 ?
Une épreuve de baccalauréat le 17 juin 2019 à Strasbourg.

publié le samedi 05 juin 2021 à 07h00

Après deux années difficiles marquées par la délicate mise en place de la réforme Blanquer et par la crise sanitaire, le baccalauréat va être une nouvelle fois chamboulé cette année. 

Plus de 700.000 candidats se préparent à passer le baccalauréat dans sa nouvelle formule, à partir de la mi-juin. Le ministère de l'Education nationale dévoilé cette semaine une série d'aménagements afin de tenir compte des perturbations dans les lycées engendrées par la crise sanitaire.



QUELS AMENAGEMENTS POUR LE BAC ?

Quelles dates ?

Pour cette première édition du bac nouvelle formule, l'épreuve écrite de philosophie a été maintenue.

Pour la voie générale et technologique, elle se tiendra le 17 juin. Le grand oral, épreuve inédite qui suscite de fortes inquiétudes chez les candidats, aura lieu du 21 juin au 2 juillet et les épreuves anticipées de français le 17 juin (écrit) et du 21 juin au 2 juillet (oral).

Les épreuves écrites du baccalauréat professionnel se tiendront du 16 au 18 juin.

Comment va se dérouler le bac général et technologique ?

L'épreuve écrite de philosophie comportera quatre sujets au lieu de trois, sur différentes notions du programme. Les élèves conserveront la meilleure note entre celle issue du contrôle continu et celle de l'épreuve finale, à condition de s'y être présenté. "Ainsi, aucun candidat ne sera lésé du fait des conditions de préparation à l'épreuve et l'implication de chacun sera considérée à sa juste mesure", souligne le ministère de l'Education.

En ce qui concerne le grand oral, les élèves pourront garder sous les yeux le brouillon préparé pour leur exposé et s'appuyer sur un support visuel (par exemple un schéma ou dessin) lors de l'échange avec le jury.

Les deux épreuves de spécialités qui devaient se tenir en mars, ont elles été annulées au profit du contrôle continu.

Ces adaptations portent à au moins 82%, au lieu de 40%, la part du contrôle continu dans le calcul de la note finale du bac cette année. Elles ont toutefois déçu les syndicats lycéens, qui réclamaient un contrôle continu intégral, comme l'an dernier. "Notre objectif c'est de maintenir la valeur du diplôme, d'amener les élèves vers la réussite (...) dans des conditions qui leur soient bonnes", avait expliqué début mai le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer.

Quelles règles pour l'épreuve de français?

Pour l'épreuve écrite anticipée de français des Premières, le nombre de sujets proposés va être doublé. 

Pour l'oral, le nombre de textes à étudier a été réduit à 14 au lieu de 20 en voie générale et à 7 au lieu de 12 en voie technologique. L'examinateur en sélectionnera deux dans la liste et l'élève choisira celui sur lequel il sera interrogé. En outre, le descriptif de chaque candidat mentionnera les points du programme qui n'ont pas été abordés.

Quid des hors contrat?

Environ 3.600 élèves scolarisés dans les établissements hors contrat, qui bénéficient d'une grande liberté dans l'élaboration de leurs programmes, passent le bac cette année. Début mai, Jean-Michel Blanquer a finalement accepté de les évaluer en partie en contrôle continu afin de tenir compte de leur situation et des "problèmes qu'ils ont pu rencontrer". Cette adaptation concerne les matières du tronc commun (également évaluées en contrôle continu dans le public et le privé sous contrat dans cette nouvelle formule du bac).

Les élèves hors contrat devront toutefois passer les épreuves de leurs enseignements de spécialités, en plus de la philo et du grand oral.

Quels aménagements pour le bac pro?

Pour les épreuves terminales des enseignements généraux du baccalauréat professionnel (français, histoire-géographie, économie-droit ou économie-gestion, prévention santé environnement au travail) seules les deux meilleures notes seront retenues au titre de ces épreuves pour la délivrance du diplôme. 

L'épreuve orale inédite de présentation du chef-d'œuvre en CAP est conservée, car elle "incarne la spécificité de la voie professionnelle avec l'association des matières générales et professionnelles et permet aux candidats de présenter le fruit de leur travail", se justifie le ministère.

Pour les contrôles en cours de formation (CCF), tous les candidats concernés doivent en passer au moins un. 

QUELLES REGLES SANITAIRES ?

Le ministère de l'Education a prévu une série de mesures afin que les élèves passent leurs épreuves du baccalauréat dans des conditions compatibles avec la crise sanitaire.

Cas contacts ou positifs interdits

Les candidats identifiés comme cas contacts ou positifs au Covid-19 ne sont pas autorisés à se rendre aux examens du baccalauréat. Comme il s'agit d'un cas de force majeure, l'élève sera convoqué à la session de remplacement de septembre. Pour l'épreuve de philosophie, il pourra bénéficier de sa note de contrôle continu ou se rendre à l'épreuve de septembre.

En revanche, les élèves dont la classe a été fermée peu avant le début des épreuves "pourront se présenter à un examen s'ils n'ont pas été formellement identifiés comme contacts à risque", précise le ministère de l'Education sur son site.

Si des symptômes évocateurs du Covid-19 apparaissent chez un candidat ou un membre du personnel pendant un examen, la personne sera immédiatement isolée, assure le ministère.

Masque obligatoire pour tous

Le port du masque chirurgical ou grand public ayant une capacité de filtration de 90% est obligatoire pour tous, à l'extérieur des locaux et dans les salles d'examen. Il devra être porté tout au long des épreuves, écrites comme orales.

Des masques seront fournis aux personnels chargés de l'organisation des examens. Il en sera également proposé aux candidats qui arriveraient sans.

Système sans contact

Pas de contact entre les candidats et les examinateurs. A son arrivée, l'élève présente sa pièce d'identité en gardant ses distances par rapport au personnel. Il doit signer la feuille de présence avec "son propre stylo". En cas d'oubli, "des stylos préalablement nettoyés avec des lingettes désinfectantes seront proposés au candidat", précise le ministère.

Garder ses distances

Pour limiter le brassage entre les élèves, le sens de circulation dans les locaux sera indiqué par une signalétique.  Dans les salles d'examen, les tables seront placées à un mètre de distance les unes des autres.

Pour les épreuves orales, les membres du jury seront éloignés les uns des autres, ainsi que du candidat. Ils seront seuls dans la salle. "Pour certains oraux, il arrivait que le préparationnaire de l'oral suivant soit dans la même pièce au fond, cette année ce ne sera pas le cas, les préparationnaires seront dans une salle, l'oral se tient dans une autre salle", a détaillé début juin lors d'une conférence de presse, Edouard Geffray, le directeur général de l'enseignement scolaire (Dgesco), numéro deux du ministère.

Aération et désinfection régulières

Les locaux des centres d'examen seront nettoyés au désinfectant virucide avant l'arrivée et après le départ des candidats. Les surfaces fréquemment touchées, comme les poignées de portes, seront nettoyées tout au long de la journée. En outre, les salles d'examen seront aérées avant, pendant et après les épreuves.

Les élèves devront également se désinfecter les mains avec du gel hydroalcoolique à leur entrée dans la salle et avant d'en sortir.

Quarantaine avant les épreuves ? 

Certains lycées ont décidé de placer les candidats en quarantaine pour éviter tout risque de contamination avant le début des épreuves du baccalauréat, sans consigne du ministère. Une mesure qui partage les chefs d'établissements. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.