Moins d'1% des JT consacrés aux violences envers les femmes en 20 ans

Moins d'1% des JT consacrés aux violences envers les femmes en 20 ans
Une banderole dédiée à la mémoire des femmes tuées par un compagnon ou un ex-compagnon et contre les violences faites aux femmes, à Paris, le 6 septembre 2019

, publié le jeudi 04 mars 2021 à 13h00

Les violences faites aux femmes ont représenté 0,89% des sujets des journaux télévisés des six chaînes historiques entre 2000 et 2020, les traitant essentiellement sous l'angle "affaires judiciaires", selon une étude de l'Institut national de l'audiovisuel (INA).

Si depuis quatre ans, les violences envers les femmes sont plus médiatisées, les chiffres montrent la "part infime" qu'elles représentent dans l'information télévisée: 5.659 sujets sur 20 ans, "soit moins de 1% des JT", révèle l'INA dans un baromètre publié jeudi dans sa "revue des médias".

"Elles ne font l'actualité, la plupart du temps, que dans le cadre d'affaires judiciaires traitées comme des faits divers", souligne l'institut. La conséquence est que les avocats concernés constituent "le top 5 des personnes qui se sont le plus exprimées dans ces sujets de JT" en assurant "50 % des prises de parole".

Parmi les dossiers les plus marquants, l'INA cite en 2003-2004 le meurtre de Marie Trintignant et le procès qui l'a suivi, les affaires Emile Louis et Stéphane Krauth, ou en 2018, les affaires Harvey Weinstein, Tariq Ramadan et le meurtre d'Alexia Daval.

Avec plus de 1.000 sujets lui étant consacrés, l'affaire Dominique Strauss-Kahn, en 2011, "constitue une exception et non un tournant, l'intérêt médiatique ayant été déterminé par la notoriété de l'accusé et le contexte de l'élection présidentielle".

Après celle-ci, les deux autres affaires "les plus médiatisées sont des cas de violences conjugales ayant donné lieu à des feuilletons judiciaires", détaille l'INA, à savoir les "suites du décès de Marie Trintignant (154 sujets depuis 2003) et de celui d'Alexia Daval (131 sujets depuis 2019)".

Les abus sexuels dans le sport sont évoqués dès 2007 avec la publication du livre "Service volé" d'Isabelle Demongeot, avant d'être à nouveau plus médiatisés en 2020 lors des révélations de Sarah Abitbol sur le milieu du patinage artistique.

La "surmédiatisation" du dossier DSK a contribué à faire des faits de viols et de violences sexuelles le type de violence faite aux femmes le plus évoqué dans les JT (70,8%) après les violences conjugales (15%) et le harcèlement sexuel (11%).

Jusqu'en 2012, France 2 a été "la chaîne qui médiatisait le plus les violences faites aux femmes" avant de se faire dépasser par M6 "avec 1,33% de son offre de JT, contre 0,9% en moyenne". Sur les 20 ans étudiés, Arte a le moins médiatisé le sujet avec 334 sujets contre 1.325 pour France 2 et 1.285 pour M6.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.