Mobilisation anti-pass sanitaire : seulement 37% des Français soutiennent le mouvement

Mobilisation anti-pass sanitaire : seulement 37% des Français soutiennent le mouvement
Manifestation contre le pass sanitaire à Paris le 31 juillet 2021.
A lire aussi

publié le mercredi 04 août 2021 à 17h44

Le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes Clément Beaune a estimé lundi sur RFI qu'"il ne faut pas donner une importance excessive à une minorité violente".

En plein été, les semaines sont ponctuées de manifestations contre le pass sanitaire. Pour le 3e week-end de contestation, samedi 31 juillet, ils étaient plus de 200.000 dans les rues partout en France, selon le ministère de l'Intérieur, rassemblements donnant souvent lieu à des outrances, parfois à des violences.




Des protestations qui font beaucoup de bruit mais qui ne convainquent pourtant pas une majorité.

A en croire un sondage Elabe pour Les Echos, Radio Classique et l'Institut Montaigne, les Français ne sont que 37 % à approuver le mouvement contre le pass sanitaire et son élargissement. Ils sont 48 % à s'y opposer, voire à y être hostiles.

La mobilisation "ne bénéficie pas du soutien de l'opinion publique", décrypte Bernard Sananès, le président d'Elabe, établissant un parallèle avec les gilets jaunes : au début de ce mouvement, 73 % des Français l'approuvaient, soit une large majorité.

Les mobilisations ne faiblissent pas

Le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes Clément Beaune a estimé lundi sur RFI qu'"il ne faut pas donner une importance excessive à une minorité violente". Il a néanmoins reconnu qu'il existait "des angoisses sur le vaccin lui-même, sur la façon dont va se passer la rentrée scolaire, se dérouler la mise en place du pass sanitaire". "Ça, nous devons l'expliquer", a-t-il affirmé.

Les mobilisations ne faiblissent pas. Les syndicats Sud et CGT appellent les personnels des secteurs de la santé, du médico-social et du social à une grève nationale contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire, une mobilisation prévue à compter de mercredi pour le premier et de lundi pour le deuxième.



Le 31 juillet, à la fin d'une journée de manifestation, l'ancien bras droit de Marine Le Pen Florian Philippot a promis pour samedi prochain "quelque chose d'immense, un coup de force phénoménal".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.