Militaires tués au Mali : François Hollande "mesure" sa "responsabilité"

Militaires tués au Mali : François Hollande "mesure" sa "responsabilité"
François Hollande, à Paris, le 17 juillet 2019
A lire aussi

, publié le mercredi 27 novembre 2019 à 11h40

L'ancien président de la République, qui avait décidé de l'engagement des troupes françaises au Mali en 2013, affirme aujourd'hui "l'armée française ne peut pas rester seule dans cette épreuve".

"Cette responsabilité, je l'assume aujourd'hui encore". François Hollande a pris la parole au lendemain de l'annonce de la mort de treize militaires français au Mali, en combat contre un groupe de jihadistes.

L'ex-chef de l'Etat assume l'intervention française décidée au Sahel dès 2013 : "Il était nécessaire d'envoyer nos soldats pour éviter que le Mali ne devienne un Etat terroriste et qu'il y ait une diffusion du terrorisme dans toute la zone du Sahel", a t-il dit face aux caméras, ce mercredi 27 novembre.


"Comme président de la République, j'ai pris la décision d'engager nos forces militaires au Mali en janvier 2013. Je mesure chaque jour la responsabilité que j'ai prise", a t-il expliqué, qualifiant de "lourde" la décision "d'envoyer des soldats à l'extérieur de nos frontières pour une mission extrêmement difficile". Cette mission consistait à "assurer la sécurité au Mali, lutter contre le terrorisme dans toute la zone du Sahel et de nous protéger aussi", avance t-il.

"Cette menace n'est pas achevée, n'a pas disparu. Et nous devons faire en sorte que la mission aujourd'hui assurée par Bakhane puisse se poursuivre (...), parce que cette décision de 2013 vaut encore" a t-il ajouté, estimant que "la France ne peut pas rester seule dans cette épreuve". François Hollande a ainsi notamment appelé à la "responsabilité des Nations unies".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.