Migrants: le syndicat de la magistrature dénonce "la répression des exilés"

Migrants: le syndicat de la magistrature dénonce "la répression des exilés"

Des migrants dans le XVIIIe à Paris le 3 octobre 2017

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 26 novembre 2017 à 17h19

Le syndicat de la magistrature (SM, gauche) a dénoncé dimanche "la répression des exilés et des aidants solidaires" dans une motion consacrée aux frontières, l'une des quatre adoptées à l'issue de son 51e congrès à Nice, dans un département soumis à une forte pression migratoire.

Dans cette motion intitulée "Frontières: contre le rejet et la répression, pour la libre circulation", le syndicat de la magistrature estime que "de Calais à la vallée de la Roya, en passant par le Briançonnais, les violations des droits et les détournements de procédures deviennent la norme".

Le syndicat condamne, dans ce texte qui revendique la libre circulation des personnes, "l'enfermement des étrangers" et appelle le gouvernement à renoncer à son projet de loi sur l'immigration, dont les orientations prévoient, selon lui, "une intensification des refoulements et enfermements, faisant passer au second plan les droits fondamentaux".

Le syndicat s'était réuni à Nice où depuis plusieurs mois de nombreuses procédures judiciaires ont été engagées contre des militants associatifs pour aide à l'entrée ou au séjour d'étrangers en situation irrégulière, dans un département où, sur les dix premiers mois de l'année, 42.000 migrants ont été interpellés à la frontière franco-italienne, contre 37.000 pour toute l'année 2016.

Plusieurs des personnes ayant porté leur concours à ces étrangers ont été condamnées à des peines avec sursis, notamment l'emblématique Cédric Herrou, figure de proue de l'association Roya Citoyenne, condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis.

Le syndicat de la magistrature, qui procèdera en décembre à l'élection de son nouveau président, a également adopté à l'issue de son congrès trois autres motions, pour dénoncer les chantiers de justice engagés par le gouvernement, qui mettraient la justice "en état de péril imminent", pour s'opposer "au projet de création d'un tribunal de première instance" et enfin, sur le cas particulier de la protection de l'enfance à Mayotte, pour demander que "les moyens matériels et opérationnels de faire respecter les droits de l'enfant soient déployés en urgence dans ce département".

 
79 commentaires - Migrants: le syndicat de la magistrature dénonce "la répression des exilés"
  • on n'autorise pas les syndicats dans l'armee pourquoi les autorise t'on dans la magistrature... surtout ceux la avec leur celebre mur. Ils n'ont rien adire ils sont au service de francais, pas le contraire c'est pour ca qu'ils sont aussi grassement payes

  • Non crédible, puisque c'est un syndicat ( comme tant d'autres ) politisé, à défaut d'etre corporatif.

  • Ce syndicat gauchisant auteur du "mur des cons" devrait être dissous.

  • Le syndicat de la magistrature dénonce ......
    Pfffff! quand va t'on interdire la politique dans la magistrature ?
    On ne demande pas aux magistrats de faire la loi, on leur demande de l'appliquer, tout simplement !

    exactement leur avis ils peuvent le garder

  • Ce syndicat ne devrait même pas exister. Il a démontré par le passé son orientation politique et on la ressent fortement dans les tribunaux au vu des décisions. Il faudrait une réforme totale de la justice et avant tout rendre ces gens responsables de leurs décisions comme tout le monde, ce qui les inciterait peut être à être plus compétents, moins laxistes et surtout moins violer les textes de loi en fonction de leurs propres idées et sentiments. ( c'est ce qui ressort souvent des arrêtes de cassations d'ailleurs)

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]