Migrants : l'achat de kayaks n'est "plus disponible" dans deux magasins Decathlon "en réaction avec le contexte actuel"

Migrants : l'achat de kayaks n'est "plus disponible" dans deux magasins Decathlon "en réaction avec le contexte actuel"©BERNARD BARRON / AFP

publié le mercredi 17 novembre 2021 à 08h40

Ces articles sont "détournés de leur usage sportif" et "peuvent servir d'embarcations pour traverser la Manche" selon Decathlon.

Plus de kayaks dans les magasins Decathlon de Calais et Grande-Synthe. Ces embarcations pouvant être utilisés par des migrants pour traverser la Manche ont en effet été retirés de la vente, a indiqué l'enseigne mardi 16 novembre, confirmant une information de la Voix du Nord.



"L'achat de ces kayaks ne sera plus possible" dans les magasins de Calais (Pas-de-Calais) et Grande-Synthe, près de Dunkerque (Nord), "en réaction avec le contexte actuel", a déclaré à l'AFP le service de presse de Decathlon.

Ces articles sont "détournés de leur usage sportif" et "peuvent servir d'embarcations pour traverser la Manche" selon l'entreprise, qui indique que "ce n'est pas la conception qui est donnée à ces produits, ni leur utilité première".

Nouveau record des traversées de la Manche

L'enseigne spécialisée dans les articles de sports justifie ce retrait par un usage qui "pourrait mettre en danger la vie des gens qui les utilisent dans le cadre d'une traversée."

Elle indique que la décision a été prise "au magasin" et "validée par l'entreprise".

L'entreprise ajoute que ces kayaks restent disponibles à la vente en ligne et dans les autres magasins, et précise que "les produits qui permettent d'améliorer la sécurité en mer comme les gilets, les rames ou la protection thermique seront, eux, toujours disponible à la vente" à Calais et Grande-Synthe.

Vendredi, trois migrants avaient été portés disparus après avoir tenté de traverser la Manche sur des kayaks pour gagner l'Angleterre, dans un contexte de nouveau record des traversées de la Manche à bord de petites embarcations.




"Une puce au milieu d'une autoroute"

Deux kayaks avaient été trouvés à la dérive au large de Calais jeudi, et deux naufragés secourus par la gendarmerie.

Selon Bernard Barron, président de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) à Calais, auprès de la Voix du Nord, les kayaks, tout comme les bateaux pneumatiques légers et les paddles, sont utilisés par les migrants les plus pauvres, et non pas par des réseaux de passeurs.

"Ils achètent un kayak gonflable trois personnes pour 300 euros. On a récupéré pas mal de migrants en difficulté sur des kayaks l'été dernier", a-t-il fait savoir.

"Un kayak, c'est comme une puce au milieu d'une autoroute, indécelable. En plus, c'est très sensible au vent et aux courants. Il faut être très athlétique pour parvenir à le maîtriser dans le détroit", a continué Bernard Barron, toujours auprès de la Voix du Nord.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.