Migrants : "Il faut arrêter les chefs de la mafia à Londres", demande le vice-président des Hauts-de-France

Migrants : "Il faut arrêter les chefs de la mafia à Londres", demande le vice-président des Hauts-de-France
Cinq passeurs ont été arrêtés après le naufrage dans la Manche qui a provoqué la mort de 27 personnes.

publié le jeudi 25 novembre 2021 à 09h36

"On arrête des passeurs, des secondes mains, des petites mains, des lieutenants", a déploré l'élu, qui demande d'aller chercher les têtes des réseaux dans leurs "superbes villas" à Londres.

Cinq personnes soupçonnées d'être des passeurs ont été arrêtées après le naufrage d'une embarcation de migrants qui a provoqué la mort de 27 personnes mercredi dans la Manche. Mais pour le vice-président de la région Hauts-de-France, cela ne suffit pas.

Il faut arrêter les chefs des réseaux, qui "vivent à Londres tranquillement, dans des superbes villas", a martelé jeudi 25 novembre Frank Dhersin.

"On arrête des passeurs, des secondes mains, des petites mains, des lieutenants, a dénoncé l'élu sur BFMTV.On peut en arrêter 100 par semaine, il y en a 100 autres qui vont venir. C'est le même principe que sur la drogue. Pour pouvoir lutter, il faut arrêter les organisateurs, les chefs de la mafia."

Quatre passeurs présumés avaient été arrêtés mercredi en fin d'après-midi, également suspectés d'avoir un lien avec la tragédie, avait indiqué mercredi Gérald Darmanin en déplacement à Calais. Interrogé jeudi sur RTL, il a indiqué que le cinquième passeur arrêté cette nuit avait "une plaque d'immatriculation allemande". Il avait "acheté des zodiacs en Allemagne", a-t-il ajouté, indiquant n'avoir aucune précision sur les circonstances du drame.


Mais les efforts français sont insuffisants selon Frank Dhersin, selon qui il faut s'en prendre aux chefs des réseaux, des "négriers des temps modernes".

"Ils vivent à Londres tranquillement, dans des superbes villas, a-t-il assuré. Ils gagnent des centaines de millions d'euros tous les ans et cet argent, ils le réinvestissent à la City. Donc c'est très facile pour le fisc de les trouver, on n'a pas fait mieux pour les mafieux que de les choper au contrôle fiscal".

Mercredi soir, Emmanuel Macron a dénoncé les "réseaux de passeurs qui, en exploitant la misère et la détresse, mettent en danger des vies humaines et finalement déciment des familles". "La France agit, en lien avec la Grande-Bretagne, pour démanteler les réseaux de passeurs" et "depuis le début de l'année, grâce à la mobilisation de 600 policiers et gendarmes, 1.552 passeurs ont été interpellés sur le littoral Nord et 44 réseaux de passeurs démantelés", a affirmé le président, en ajoutant que "7.800 migrants ont été sauvés". 

"Malgré cette action, 47.000 tentatives de traversées ont eu lieu depuis le 1er janvier", a indiqué le chef de l'État. "Si nous n'amplifions pas dès aujourd'hui nos efforts, d'autres tragédies se reproduiront", a-t-il prévenu. Pour cela, "nous devons accélérer le démantèlement des réseaux criminels en lien avec la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne". "Nous le devons aux victimes, aux orphelins, aux familles. Nous nous le devons", conclut-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.