Meurtrier libéré à Lyon : sa compagne n'a "plus confiance en la justice"

Meurtrier libéré à Lyon : sa compagne n'a "plus confiance en la justice"
Une statue de la déesse de la justice à Rennes (illustration).

Orange avec AFP, publié le vendredi 06 avril 2018 à 16h56

"C'est insupportable d'avoir l'impression que cette affaire est traitée avec une grande légèreté", estime la jeune femme qui a partagé pendant quatre ans la vie de la victime.

Un homme de 28 ans mis en examen pour meurtre a été remis en liberté mardi 3 avril à cause d'une erreur de date sur la convocation destinée à prolonger son incarcération. Un vice de procédure incompréhensible pour la compagne de la victime, Caroline, qui a confié son écoeurement au micro de RTL.



Quand un suspect est incarcéré, sa détention fait l'objet d'un renouvellement au bout de la première année, puis tous les six mois.

Cet homme devait donc être convoqué avant le mardi 3 avril, or le juge des libertés et de la détention a fixé la date du 12 avril, hors des délais, permettant ainsi la libération du suspect.

"C'est un meurtre, il a reconnu les faits. C'est insupportable de me dire qu'aujourd'hui je peux le croiser n'importe où à Lyon", dénonce la jeune femme. Son compagnon, Hugo, a été tué d'un coup de couteau à Lyon en octobre 2014.

La "légèreté de la justice française"

"C'est insupportable d'avoir l'impression que cette affaire est traitée avec une grande légèreté", s'insurge-t-elle encore avant de poursuivre : "Sans faire expès, cette personne est libérée. C'est inconcevable que notre souffrance, notre peine soient traitées avec autant de légèreté par la justice française".

"Je n'ai plus confiance en la justice française et je suis très en colère. Pour nous il n'y avait aucun doute sur le fait que ce meurtreir allait être en détention jusqu'à son procès", conclut celle qui a partagé la vie d'Hugo pendant quatre ans.

Le prévenu, désormais sous simple contrôle judiciaire, sera jugé mais son procès pourrait ne pas avoir lieu avant encore deux ans.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU