"Meurtri", Stéphane Bern adresse une lettre corrosive à un maire après la destruction d'une vieille maison traditionnelle alsacienne

"Meurtri", Stéphane Bern adresse une lettre corrosive à un maire après la destruction d'une vieille maison traditionnelle alsacienne©Panoramic
A lire aussi

publié le mercredi 02 décembre 2020 à 11h30

À Geudertheim (Bas-Rhin), une maison à colombages datant du XVIIe siècle a été détruite afin de faire place nette à une école maternelle. Furieux, Stéphane Bern a adressé un courrier au vitriol au maire du village, comme le révèle France Bleu Alsace. 

Pierre Gross a dû être très surpris en récupérant son courrier, jeudi 26 novembre dernier.

Ce jour-là, le maire (divers droite) de Geudertheim, commune du Bas-Rhin, a en effet reçu une lettre signée par Stéphane Bern en personne. Il n'a toutefois pas dû être ravi à la lecture des lignes qui lui étaient destinées. Car le "Monsieur Patrimoine" d'Emmanuel Macron était particulièrement remonté à son égard.



En cause : la destruction de la maison Greder. Cette bâtisse à colombages, construite en 1660, a été rasée en septembre afin de laisser la place à une future école maternelle. Une décision qui reste en travers de la gorge de Stéphane Bern, selon lequel le bâtiment était loin d'être en état de totale décrépitude. "Je suis meurtri par votre acte de vandalisme, qui ne détruit pas seulement un morceau de patrimoine mais aussi un pan entier de la mémoire alsacienne," s'insurge l'animateur de télévision dans son courrier. 

Le maire attend des excuses 

"Vous passerez à la postérité de Geudertheim comme le fossoyeur de l'héritage historique patrimonial du village," a-t-il poursuivi. De son côté, l'élu municipal se justifie en déclarant que l'emplacement choisi était idéal pour construire un établissement scolaire. Mais aussi en assurant que le tribunal administratif a validé la destruction de cette maison traditionnelle en juin dernier car elle n'était pas d'un "intérêt patrimonial majeur""Stéphane Bern me demande des excuses mais ce serait plutôt à lui de s'excuser vu les termes très violents qu'il emploie," a confié Pierre Gross à France Bleu Alsace.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.