France

Meurtre de Corinne Di Dio : 28 ans après, la suspecte entendue est la grande-tante de Leslie Hoorelbeke

La septuagénaire Marie-Thérèse G. a été interpellée mardi 23 mai dans l’affaire du meurtre de Corinne Di Dio, en 1995, d'après Le Parisien. Elle est liée à Leslie Hoorelbeke, retrouvée assassinée en mars dernier.

Quand deux faits divers s'entremêlent. En juin 1995, Corinne Di Dio, 37 ans, disparaissait dans les Yvelines avant que son corps, décapité et démembré, ne soit retrouvé deux ans plus tard dans une malle. En novembre dernier, Leslie Hoorelbeke et Kevin Trompat avaient disparu dans les Deux-Sèvres, avant d’être tous deux retrouvés morts le 4 mars par les forces de l’ordre qui suivaient les indications des principaux suspects. Comme le révèle Le Parisien, un nom ressort de ces deux dossiers : Marie-Thérèse G., 77 ans, grand-tante de Leslie Hoorelbeke et suspecte dans l’affaire Corinne.

Interpellée dans les Yveline mardi 23 mai et déjà connue des services de police pour des faits d’outrage, de faux en écriture et de vol, la septuagénaire a été placée en garde à vue par les policiers de la brigade criminelle de Versailles sur commission rogatoire de la juge chargée d’élucider le dossier Corinne Di Dio, rapporte le quotidien. Elle est suspectée d’avoir commandité le meurtre de la jeune femme.

La vengeance comme mobile du meurtre ?

En 1995, Corinne Di Dio était séparée de son compagnon, Antonio M., le beau-fils de Marie-Thérèse G. Le couple se battant pour la garde de leur fils, Corinne Di Dio avait porté plainte contre Antonio pour enlèvement d’enfant, conduisant à son incarcération au début de la décennie. La grand-tante de Leslie gardait le garçon lors des disputes du couple. Les enquêteurs soupçonnent que la garde de l’enfant aurait pu constituer un mobile pour supprimer Corinne Di Dio, d’après Le Parisien.

Les enquêteurs, sur la base de témoignages, pensent que la liquidation de Corinne pourrait être liée à une tromperie. En effet, à l’époque, la septuagénaire aurait eu une relation avec Francisco M, frère de son beau-fils Antonio, qui l’aurait trompée avec Corinne Di Dio. Rongée par la haine et un désir de vengeance, elle aurait pu tenter de supprimer la femme. Selon des informations du Parisien, Marie-Thérèse G. a nié toute implication dans le meurtre de Corinne Di Dio lors de son interrogatoire. Elle a été néanmoins déférée jeudi 25 mai devant la juge d’instruction de Versailles en vue d’une mise en examen. Vingt-huit ans après cette affaire, Marie-Thérèse a largement partagé des messages sur les réseaux sociaux pour que sa nièce et son compagnon soient retrouvés.

publié le 25 mai à 16h00, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux