Meurtre d'Angélique : le dégoût des collègues du suspect David Ramault

Meurtre d'Angélique : le dégoût des collègues du suspect David Ramault
Angélique était portée disparue depuis le 25 avril.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 01 mai 2018 à 18h45

Le meurtrier présumé de l'adolescente a été arrêté sur son lieu de travail trois jours après le drame.

"Il y a beaucoup de colère et de dégoût. Le climat est pesant, il y a beaucoup d'incompréhension", témoigne auprès de franceinfo un salarié de l'entreprise de transport dans laquelle travaillait David Ramault, meurtrier présumé d'Angélique.



Le suspect a continué son travail durant trois jours après le drame avant d'être interpellé sur son lieu de travail.

"On est tous dégoûtés d'avoir pu côtoyer une ordure pareille et surtout les jours qui ont suivi", raconte un autre collègue.



"On lui a tous serré la main pendant des années"

S'ils s'accordent à dire que le suspect était "quelqu'un d'hyper souriant", ses collègues avaient remarqué qu'il avait "le visage grave et fatigué" les jours qui ont suivi la disparition d'Angélique. "Il était différent. Il y avait une émotion sur son visage", souligne l'un d'eux.

"On lui a tous serré la main pendant des années en ne sachant pas qu'il avait déjà été condamné par le passé", regrette encore un collègue, qui fait allusion à la condamnation en 1996 de David R. pour "viol avec arme sur une mineure de moins de 15 ans", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.