Meurtre d'Alexia Daval : "L'acte n'est pas pardonnable", estime le frère de Jonathann

Meurtre d'Alexia Daval : "L'acte n'est pas pardonnable", estime le frère de Jonathann
Cédric et Martine, frère et mère de Jonathann Daval, sur BFMTV le 31 janvier 2018.

Orange avec AFP, publié le mercredi 31 janvier 2018 à 18h08

TÉMOIGNAGE. Face aux caméras de BFMTV, le frère et la mère de Jonathann Daval, mis en examen mardi pour "meurtre sur conjoint", ont tenu à réaffirmer leur soutien à la famille d'Alexia Daval.

Après trois mois d'enquête, Jonathann Daval a finalement avoué mardi 31 janvier avoir tué sa femme Alexia et a été mis en examen et écroué pour "meurtre sur conjoint".

Les parents de la jeune femme "n'ont rien vu venir. Ils voudraient juste comprendre", a déclaré mercredi matin 31 janvier leur avocat Me Jean-Marc Florand, lors d'une conférence de presse à Vesoul (Haute-Saône).

"Depuis les aveux, on a du mal à comprendre. Comment, pourquoi ?", a également affirmé quelques heures plus tard Cédric, le frère de Jonathann, face aux caméras de BFMTV. "L'acte n'est pas pardonnable. On aimerait bien tout comprendre, les raisons pour lesquelles c'est arrivé", a-t-il poursuivi. Lui, comme sa mère, ont vécu toute cette affaire "dans la douleur, dans la tristesse. Dans l'attente de vouloir comprendre pourquoi et qui. Maintenant on sait qui. On demande à savoir pourquoi."



Les avocats de Jonathann Daval Me Ornella Spatafora et Me Randall Schwerdorffer ont affirmé que leur client avait tué l'employée de banque de 29 ans "par accident", qu'il "ne voulait pas", et qu'il était la cible de "violences verbales" de la part de sa femme qui, "en période de crise, pouvait avoir des accès de violence extrêmement importants".

Interrogé sur l'hypothèse de tensions au sein du couple, Cédric explique n'en n'avoir pas eu connaissance avant la mort d'Alexia : "Les tensions, personnellement, je les ai apprises le soir ou le lendemain de la disparition d'Alexia, lorsqu'on a découvert qu'il avait un bleu sur l'avant-bras". Il ne peut néanmoins rien dire sur les circonstances, seulement que son frère avait attribué cette blessure à "un coup, lors d'une dispute".

Cédric, comme sa mère Jonathann, clament qu'"Alexia faisait partie de (leur) famille". Ils ont tenu à réaffirmer leur soutien à la famille d'Alexia : "On comprend leur douleur, les interrogations qu'ils peuvent avoir".

"Malgré cet acte on peut pas le laisser tomber", a néanmoins affirmé Cédric. "On le soutiendra à notre façon (...) mais en aucun cas on ne peut pardonner un tel acte", a-t-il insisté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.