Mesures contre le Covid-19 : y a-t-il un "traitement différencié" entre Paris et Marseille ?

Mesures contre le Covid-19 : y a-t-il un "traitement différencié" entre Paris et Marseille ?
Le ministre de la Santé Olivier Véran (à gauche) et l'épidémiologiste Arnaud Fontanet, lors d'un point sur la situation épidémique, le 1er octobre 2020.

, publié le jeudi 01 octobre 2020 à 20h40

Le ministre de la Santé Olivier Véran a démenti toute différence de traitement entre les deux villes. 

Alors que la métropole de Marseille a été placée en zone d'alerte maximale la semaine dernière, entraînant des mesures particulièrement restrictives pour lutter contre le Covid-19, la ville de Paris et sa petite couronne restent pour l'instant en zone d'alerte renforcée. 



Lors d'un point sur l'épidémie de coronavirus jeudi 1er octobre, le ministre de la Santé Olivier Véran a démenti tout "traitement différencié" entre Paris et Marseille. Si les seuils d'alerte (taux d'incidence, taux d'incidence chez les plus de 65 ans et pourcentage de lits en réanimation occupés), justifiant le passage en zone d'alerte maximale, ont bel et bien été franchis à Paris, ils ne l'ont été que "dans les dernières 24 heures".

"Il faut au moins deux, trois ou quatre jours pour vérifier que Paris s'inscrit dans cette dynamique là", a ajouté le ministre. A Marseille, les seuils avaient "déjà été franchis depuis plus longtemps" lorsque la ville a été placée en zone d'alerte maximale, a rappelé le ministre. 

En outre, les données concernant Paris vont "être réexaminées dimanche" et si les tendances se poursuivent, Paris et sa petite couronne pourraient basculer dès lundi en zone d'alerte maximale, ce qui supposerait que "les habitants de Paris et de la petite couronne réduisent temporairement leurs interactions sociales de manière drastique : plus de fêtes de famille, plus de soirées, fermeture totale des bars", a indiqué Olivier Véran.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.