Messes : Emmanuel Macron recule sur la limite de 30 personnes, selon les évêques de France

Messes : Emmanuel Macron recule sur la limite de 30 personnes, selon les évêques de France
(illustration)

, publié le mercredi 25 novembre 2020 à 12h23

Plutôt qu'une jauge fixe, les catholiques militent pour la mise en place d'une jauge en fonction de la taille du lieu de culte.

Une nouveau plafond de fréquentation pour les lieux de cultes va être étudié d'ici à jeudi, a annoncé mercredi 25 novembre la Conférence des évêques de France (CEF). Mardi soir, Emmanuel Macron avait annoncé que les offices religieux publics seraient à nouveau autorisés samedi mais "dans la stricte limite de trente personnes". Sa décision avait causé "déception" et "surprise" chez les évêques catholiques, qui souhaitaient que la jauge soit fonction de la taille de l'édifice. Ils avaient estimé que "les catholiques n'ont pas été entendu".

La CEF a indiqué mercredi dans un communiqué que, suite à un "échange téléphonique" mardi soir entre son président, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, et le chef de l'État, "une jauge réaliste, tout en restant stricte, sera(it) définie d'ici jeudi matin". Elle sera "mise en application en deux étapes: samedi 28 novembre puis après la réévaluation du 15 décembre", selon la CEF.


Au moment même ou la CEF publiait son communiqué, l'archevêque de Paris faisait part de sa colère sur Radio-Notre-Dame, et se laissait aller à proférer des menaces tacites. "Jusqu'à présent nous avons été extrêmement loyaux avec les autorités légitimes -comme Saint-Pierre et Saint Paul nous le demandent- mais quand on va trop loin et que l'on touche à notre conscience et à notre bon sens, cela ne va pas passer du tout."


Dans un communiqué, le Conseil français du culte musulman (CFCM), a lui aussi jugé la limitation à 30 personnes "trop restrictive", soulignant qu'il aurait "préféré la règle d'une personne par 4m2 (voir 6 ou 8 m2)". "Dans l'état actuel des choses, le CFCM recommande de différer la reprise de la prière de vendredi jusqu'à nouvel ordre" et "appelle les mosquées qui ne peuvent pas respecter la jauge des 30 personnes de différer également les prières journalières jusqu'au 15 décembre".

De son côté, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, invité sur Europe 1 a défendu la nécessité d'avoir "des règles claires". "Et le fait d'avoir une jauge pour tout le monde, c'est clair", a-t-il estimé, "ça permet de rendre les choses claires visibles pour tout le monde, on va pas envoyer des gens pour mesurer les mètres carrés dans une église".

Lundi, lors de discussions avec le ministère de l'Intérieur, les responsables de cultes s'étaient mis d'accord sur un protocole de reprise des offices, suspendus pendant le confinement, prévoyant notamment un espace de "4m2" entre chaque fidèle. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.