Mayotte: plusieurs milliers de personnes manifestent à Mamoudzou

Chargement en cours
 Des gendarmes surveillent des manifestants qui déploient une banderole pour l'arrivée de la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, à Mamoudzou le 12 mars 2018

Des gendarmes surveillent des manifestants qui déploient une banderole pour l'arrivée de la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, à Mamoudzou le 12 mars 2018

1/3
© AFP, Ornella LAMBERTI
A lire aussi

AFP, publié le mardi 13 mars 2018 à 13h07

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mardi à Mamoudzou, chef-lieu de Mayotte, contre l'insécurité et l'immigration clandestine mais aussi pour réclamer davantage d'actions de l'État, alors que la ministre des Outre-mer Annick Girardin se trouve sur place. 

"On est là pour crier notre colère. A partir d'aujourd'hui, nous allons défier le gouvernement", avait lancé un peu plus tôt un porte-parole du collectif, au début de la manifestation. 

Les manifestants se sont ensuite rendus à la mairie de Mamoudzou, où ils ont trouvé porte close.

Dans le cortège, en garde partie composé de mahoraises portant le salouva (costume traditionnel) flottaient de nombreux drapeaux français, européens, ou siglés "département de Mayotte". 

Sur certaines banderole, on pouvait lire: "Non à la conférence, oui aux actions", en référence à la conférence sur l'avenir de Mayotte, qu'avait proposée la ministre la semaine dernière.

"Je suis là pour la sécurité principalement, et pour tous les problèmes sociaux", a expliqué à l'AFP Lisa, enseignante de 26 ans. "Ici, n'essayez pas d'aller à l'hôpital, il n'y a pas de place, n'essayez pas d'aller à la CAF. Et dans l'éducation, ça ne va pas, il n'y a pas  assez d'écoles, pas de moyens. On se fait voler le matériel scolaire, on me demande d'emmener mon propre matériel personnel, ça ne va pas", explique-t-elle.

"La ministre, elle n'a rien dit, je l'ai trouvé nulle, on demande des actes", ajoute-t-elle.

"On n'est plus chez nous. On nous tue. Que les clandestins retournent à Anjouan ou en métropole", hurle une autre manifestante, sans vouloir donner son nom. 

Dans le même temps, entre 200 à 300 manifestants ont investi le conseil départemental, notamment pour dénoncer la "trahison" de certains élus qui ont accepté la veille de discuter avec la ministre, à Dzaoudzi.

Parmi les élus qui se trouvaient sur place et ont dû quitter l'hémicycle sous les huées des manifestants, le président du conseil départemental, le sénateur LREM Thani Mohamed Soihili, les maires de Mamoudzou, Tsingoni et Chirongui, et le président de l'association des maires.

La ministre, arrivée lundi dans un climat tendu, doit rencontrer dans l'après-midi à nouveau les élus, mais aussi le collectif et l'intersyndicale, initiateurs du mouvement de contestation populaire, qui avaient lundi refusé de la voir.  

Pour Inayati Kassim, chargée de mission de 37 ans, "la délinquance s'est multipliée ces dernières années, Toutes les maisons sont barricadées. et même quand on est chez nous on se fait cambrioler", explique-t-elle.

"Il y a trop d'immigration, on est trop nombreux pour une si petite surface", insiste cette manifestante. Elle poursuit: "Tous les services de l'État sont débordés, aller aux impôts ou à l'état civil, ça vous prend une journée". 

"L'hôpital aussi est saturé," dénonce Marie-Dachahou Assiaty, 37 ans, secrétaire. "On est obligé d'aller accoucher à La Réunion ou en métropole, car on nous dit +vous avez la Sécu, vous pouvez aller accoucher ailleurs+. Mais je cotise quand même", s'insurge cette mère de deux enfants, qui "a de plus en plus peur et envie de partir de Mayotte". 

Après un tour dans les rues de Mamoudzou, le cortège est retournée sur la place de la République, pour des prises de paroles. "Le combat continue", a lancé un porte-parole à la tribune.   

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
94 commentaires - Mayotte: plusieurs milliers de personnes manifestent à Mamoudzou
  • avatar
    asphodel  (privé) -

    prestaions sociales = l'open-bar
    la même pompe aspirante qu'en métropole avec des effets désatreux dans ce petit département loin de nous

  • une dame dit qu'il faut prendre les clandestins en métropole : mais ici leur nombre explose, il en arrive tous les jours et encore plus depuis que macron a dit qu'il allait les nourrir aux frais de l'état, on constate une chose la situation est la même dans tous les départements français : trop de choses pour les migrants et plus assez pour la population qui elle pourtant paye et cotise

  • D’ici quelques annees toute cette population se retrouvera en « métropole ».Et ce que certains revendiquent largement en « métropole » ils le refusent et le réfutent sur leur île. Moralité: l’immigration se doit d’etre limitée et contrôlée si non c’est la débandade et la catastrophe annoncée.

  • avatar
    asphodel  (privé) -

    Mayotte c'est la Guyanne en pire, les pays voisins viennent s'installer en toute tranquillité; construire sans permis, traffiquer, orpailler en détruisant l'environnement
    A Mayotte c'est plus aigu encore : 45% de la population est clandestine
    C'est toute la politique de la France qui est symbolisée, droit du sol, gratuité des soins, etc....
    Une politique qui nuit avant tout aux personnes en situation régulière...

  • avatar
    asphodel  (privé) -

    Mayotte c'est la Guyanne en pire, les pays voisins viennent s'installer en toute tranquillité; construire sans permis, traffiquer, orpailler en détruisant l'environnement
    A Mayotte c'est plus aigu encore : 45% de la population est clandestine
    C'est toute la politique de la France qui est symbolisée, droit du sol, gratuité des soins, etc....
    Une politique qui nuit avant tout aux personnes en situation régulière...