Mayotte : les Comores renvoient un bateau d'immigrants clandestins expulsés par Paris

Mayotte : les Comores renvoient un bateau d'immigrants clandestins expulsés par Paris
Vue général du port de Mutsamudu, aux Comores, le 21 mars 2018. (photo d'illustration)
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 22 mars 2018 à 14h32

Les Comores, qui revendiquent la souveraineté sur le département, considèrent les expulsions françaises comme illégales.

Les Comores ont renvoyé mercredi 21 mars vers Mayotte un bateau transportant une centaine de migrants clandestins expulsés par la France, a-t-on appris auprès des autorités. Une situation dénoncée par l'homme fort du département français, Mansour Kamardine, mais également par Marine Le Pen.

Le Gombessa, un navire battant pavillon comorien avec 93 passagers en grande majorité comoriens, s'est présenté mercredi en fin de journée devant le port de Mutsamudu, sur l'île d'Anjouan, a constaté un journaliste de l'AFP. Mais les autorités locales lui ont refusé d'accoster sur ordre du gouvernement de Moroni, qui a publié une circulaire interdisant le retour sur son territoire des expulsés de Mayotte.

Deux heures de blocage

"Pour des raisons de sûreté et de sécurité, il est interdit aux compagnies maritimes et aériennes (...) d'embarquer à destination des autres îles sœurs toute personne considérée par les autorités qui administrent Mayotte comme étant en situation irrégulière, et ce jusqu'à nouvel ordre", indique le document.

Après deux heures de blocage, le navire a été sommé de repartir et a repris la direction de Mayotte, a indiqué la capitainerie du port de Mutsamudu.

Le député Les Républicains (LR) de Mayotte Mansour Kamardine a appelé jeudi le gouvernement à "bloquer immédiatement toute délivrance de visa et titre de séjour" pour les Comoriens en représailles.

Appels au "bras de fer"

Soulignant que "ce n'est pas la première fois que les autorités comoriennes se livrent à cette technique", il rappelle que la question avait alors été "réglée sans coup férir et en 48 heures par la suspension de la délivrance de visas au départ de Moroni". Dans ces conditions, "je demande au gouvernement français de prendre les dispositions qui s'imposent : l'arrêt immédiat de la délivrance de visa à tout ressortissant comorien par le réseau diplomatique et consulaire et l'arrêt immédiat de délivrance de titre de séjour à tout ressortissant comorien par les préfectures en France", poursuit Mansour Kamardine, y voyant "la solution la plus appropriée".

De son côté, Marine Le Pen a appelé jeudi sur une radio mahoraise, Radio Kwezi, à "un bras de fer" avec les Comores, selon des propos retranscrits sur Twitter.

"Les Comores refusent de récupérer leurs compatriotes clandestins à Mayotte. Dans le quart d'heure, l'ambassadeur des Comores devrait être convoqué par les dirigeants français pour demander des explications", a déclaré la présidente du Front national. Selon elle, "s'il faut faire un bras de fer avec les Comores, eh bien faisons un bras de fer ! Quand va-t-on enfin défendre nos propres compatriotes face à un comportement inadmissible des Comores ? Notre faiblesse est une incitation à ce type de comportement", a-t-elle ajouté.

L'île de Mayotte est paralysée depuis un mois par un mouvement de contestation sociale contre l'insécurité et l'immigration clandestine en provenance des Comores, dont produit intérieur brut (PIB) par habitant est 13 fois plus faible.

20.000 expulsions chaque année

Chaque année, quelque 20.000 personnes sont renvoyées de Mayotte vers l'archipel comorien. Les Comores, archipel de l'océan Indien composé de quatre îles (Grande-Comore, Anjouan, Mohéli et Mayotte), ont proclamé leur indépendance de Paris en 1975, mais Mayotte a décidé de rester dans le giron de la France.

Depuis, Moroni revendique la souveraineté sur ce département français et s'oppose aux expulsions de ses ressortissants.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
92 commentaires - Mayotte : les Comores renvoient un bateau d'immigrants clandestins expulsés par Paris
  • En 1975 ils ont voulu leur indépendance, qu'ils se débrouillent
    ils ont voulu faire cavalier seul qu'ils se dem......
    Mayotte ( plus maligne ou plus réaliste) a voulu rester française.

    C'est trop facile d'être indépendant pour les bonnes choses et reléguer les déchets à autrui

  • Les Comores revendiquent Mayotte;
    Je suis tout à fait d'accord ,!!
    Qu'on la leur refile !

    Oui mais il voudraient Mayotte avec toutes les subventions et les prestations sociales françaises

  • Qui est le plus ridicule des deux ?...

  • Reste à espérer que ce bateau comorien n'a pas été autorisé à rentrer dans le lagon de Mayotte, ce serait un comble.

  • Quelle que soit l'issue de cette situation ubuesque et ridicule s'il ne s'agissait pas d'humains , la FRANCE se ridiculise un peu plus chaque jour à cause de décisions prises sans réflexion par nos dirigeants incompétents! .